RMC Sport

Picamoles : « Je me pose moins de questions »

Louis Picamoles

Louis Picamoles - -

EXCLU RMC SPORT. Encore très bon samedi soir face au Racing au Stade de France (27-26), Louis Picamoles n’en finit plus d’impressionner. Le troisième ligne du Stade Toulousain, qui a gagné en sérénité, était l’invité de l’Intégrale Sport sur RMC.

Louis, le Stade Toulousain avait-il envie de répondre samedi soir face au Racing (27-26) aux petites critiques qu’il recevait ?

On est très satisfait. C’est vrai qu’il y a eu une petite période un peu difficile pour nous avec les doublons. Ils nous avaient plutôt souri les années précédentes. Là, on a vu qu’on était un petit peu dans le dur. Ça fait 15 jours qu’on s’est retrouvé. Ça fait du bien de retrouver l’esprit club et de refaire des entraînements qui servent à quelque chose. On retrouve de l’allant, de la cohésion. Ça se retranscrit sur le terrain par des victoires. C’est positif.

C’était le match parfait ?

Parfait, je ne sais pas. On le gagne sur un essai à la sirène. On aurait pu le perdre. On n’a jamais vraiment douté. On sait ce dont on est capable et les qualités qu’il y a dans ce groupe. On était dans le dur depuis un certain moment. Ce n’est pas parce qu’on a enchaîné deux victoires qu’on s’est transformé d’un coup. Il faut faire attention. Il y a encore beaucoup de choses à perfectionner. Mais en tout cas, cette victoire fait beaucoup de bien et elle va nous permettre de construire un peu plus sereinement la suite de la saison.

Comment expliquez-vous votre forme éblouissante ces derniers mois ?

J’ai fait un gros travail avant la Coupe du monde, qui reste un échec sur le plan personnel. Je me suis rendu compte de certaines choses, des exigences qu’il fallait avoir pour durer au plus haut niveau et poursuivre ma progression. Je continue dans cette voie-là parce que je vois que ça paye. C’est motivant. Je prends beaucoup de plaisir sur le terrain. Je me sens vraiment très bien à Toulouse. J’ai eu mes enfants, qui m’ont appris à faire la part des choses et à définir les priorités dans la vie. C’est un ensemble de choses. Le travail et la confiance en soi, ça paye. Aujourd’hui, je me pose moins de questions. Et surtout, j’ai la confiance de mes coéquipiers et des staffs. Ça m’aide à m’épanouir sur le terrain.

A lire aussi :

- Toulouse arrête le Racing

- Le classement du Top 14

- Dopage : la confession de J.-P. Elissalde