RMC Sport

« Plus proche de l’audio-guide que de la radio »

En plus des propos de l’arbitre, les oreillettes permettent de diffuser les commentaires d’une doublette constituée d’un journaliste et d’un joueur-consultant. Les premiers sont aguerris, les seconds découvrent souvent l’exercice du micro dans des conditions bien spécifiques.

Un réseau d’une dizaine de journalistes a été constitué pour la saison. Chaque stade possède en règle générale son commentateur attitré : Jean-Paul Cazeneuve à Toulouse, l’ancien joueur David Arrieta à Biarritz, Grégory Gomez à Clermont, ou Mathieu Dalzovo au Stade Français.

Les consultants obéissent eux à une règle beaucoup plus aléatoire puisque le club est chargé de dépêcher un joueur qui n’est pas sur la feuille de match ou blessé. En trois journées, le Stade Français a ainsi vu tour à tour Mathieu Bastareaud, Guillaume Boussès et Mauro Bergamasco venir au micro. (écoutez ci-contre l’interview du centre du Stade Français Guillaume Boussès)

Selon le cahier des charges de la LNR, le duo doit respecter les consignes suivantes :

-n’intervenir qu’après les commentaires de l'arbitre
-ne pas critiquer les choix de l’arbitre
-se garder de tout commentaire partisan

Pour Jean-Paul Cazeneuve, commenter pour les « écouteurs arbitre » est l’exercice le plus délicat qu’il ait eu à effectuer dans sa longue carrière. (écoutez le donner ses impressions dans le sonore ci-contre)
Pour Bruno Oppenheim, chargé du projet chez Spot Media, l’exercice se rapproche « plus de l’audio-guide que de la radio. »

Ecoutez les extraits des commentaires diffusés par les deux canaux de l’opération « écouteurs arbitre », tiré de la rencontre entre le Biarritz Olympique et Toulouse, à l’occasion de la 3e journée, le 24 novembre. Les décisions de l’arbitre Jean-Pierre Matheu sont décortiquées par le tandem Arrieta-Betsen.