RMC Sport

Poux : «Ce n’est pas affolant»

Toulouse doit trouver la cohésion s'il veut de nouveau s'imposer en Coupe d'Europe

Toulouse doit trouver la cohésion s'il veut de nouveau s'imposer en Coupe d'Europe - -

Battu à Castres samedi (22-16), Toulouse n’a pas encore atteint sa vitesse de croisière. Logique, à en croire le pilier international.

Jean-Baptiste Poux, quelle est votre analyse au lendemain de la défaite de Toulouse à Castres ?
On s’attendait à mieux faire. Nous avons été surpris par le début de match et nous ne sommes pas parvenus à entrer dans le match comme il le fallait. Il nous a fallu attendre la fin de la première mi-temps pour faire du jeu. Nous terminons bien, mais c’était trop dur après notre entame de match catastrophique. Mais ce n’est que le deuxième match de la saison. Il y a des réglages à mettre en place.

Ce match est-il une contre-performance ?
C’est un match moyen. Certains joueurs jouaient pour la première fois. Tous ne sont pas prêts physiquement. Il y a quelques belles choses, mais d’autres sont à rectifier, notamment au niveau des fautes de main et des rucks. Il faut se rôder.

Vous affrontez le Stade Français en fin de semaine. Les Parisiens doivent-ils craindre votre réaction ?
J’espère qu’on va se retrouver sur ce match important. C’est à nous de tirer profit de nos erreurs. En tout cas, je pense qu’il y aura plus d’automatismes.

« Chacun sait ce qu’il a à faire »

Quels sont les points noirs à vite gommer ?
Nous avons beaucoup de travail pour trouver la cohésion. Il faut aussi trouver les astuces pour être plus performants. Contre Castres, on perd trop de ballons. Avec le temps, il n’y a aucune raison qu’on ne gagne pas des matchs. On a senti que Castres nous attendait et était mieux préparé. Ce n’est pas pour ça qu’on n’aurait pas pu mieux faire.

Vous êtes-vous faits secouer par les entraîneurs ?
Non. Les entraîneurs ont voulu prendre du recul et analyser le match avant tout. Chacun sait ce qu’il a à faire. Les coachs vont analyser les matchs et on bossera sur les points faibles. On sait que ça ne peut pas être parfait dès le début de saison. On va trouver le bon rythme au fil des matchs. Mais ce n’est pas affolant.

Jean-Baptiste Elissalde a longtemps joué avec vous et fait aujourd’hui partie du staff. Cela vous fait-il bizarre de recevoir ses instructions ?
Il a toujours été très apprécié dans le groupe. Aujourd’hui, on doit le respecter comme entraîneur. Même si nous avons eu des affinités en tant que joueur. Après, c’est à lui d’apporter son savoir.