RMC Sport

Savare : « On aura une excellente équipe »

Le nouvel homme fort du Stade Français s'est engagé à honorer tous les contrats de joueurs

Le nouvel homme fort du Stade Français s'est engagé à honorer tous les contrats de joueurs - -

Invité mardi du Grand Journal de BFM Business, pour sa première sortie médiatique en tant que nouveau président du Stade Français, Thomas Savare, patron d’Oberthur Technologies, assure que les contrats signés avec les joueurs seront honorés, mais indique que le cas Bastareaud « n’est pas réglé ».

Thomas Savare, quelle somme avez-vous engagé ?
D’abord nous ne sommes pas seuls. Autour de la famille Savare, il y a un groupe d’actionnaires avec Jacques Veyrat, Michel Glyze, Richard Pool-Jones. On a mis un peu moins de 10 M€ pour combler le passif et envisager l’avenir de manière sereine. Des recrutements ont été faits, et il n’est pas question de ne pas honorer un contrat signé. On aura une très belle équipe la saison prochaine.

Qu’en est-il du cas de Mathieu Bastareaud ?
Le cas Bastareaud n’est pas réglé, je ne lui ai pas parlé, laissez moi un peu de temps.

La DNACG vous a demandé des contreparties ?
La DNACG nous a demandé à ce qu’on prenne un certain nombre de mesures, peut être sur la masse salariale. On va gérer ce club comme une entreprise.

Vous prenez la présidence…
Je prends la présidence, mais mon job c’est Oberthur Technologies, je vais donc installer un directeur-général. J’ai fait mon choix, c’est quelqu’un issu du monde du rugby.

Qu’adviendra-t-il de Max Guazzini ?
Je lui ai proposé la présidence d’honneur. Le club a besoin de lui, sa capacité à remplir les stades, Max a un talent, on serait fou de s’en passer. On essaiera de garder le côté festif, ça fait partie du club.

Bernard Laporte ne fait pas partie du projet…
Laporte n’est pas dans ce projet, il s’est passé des choses. Il y a eu un projet contre un autre. Ni Bernard ni nous n’avons souhaité qu’il fasse partie de l’aventure. Mais je tiens à dire que Laporte c’est beaucoup donné, il s’est énormément mobilisé, les critiques ne sont pas toutes fondées. C’est aussi grâce à lui que le Stade Français est sauvé.

Est-ce la première fois que le n°2 mondial des cartes à puces s’implique dans le sponsoring sportif ?
Mon père (Jean-Pierre Savare) est un supporteur fidèle et très mobilisé dans ce projet, c’est lui qui a poussé pour qu’on y soit. Mais attention : c’est la famille Savare qui s’implique, pas Oberthur. On est dans un secteur économique qui est dans le B to B, il y a peu de sponsoring.