RMC Sport

Szarzewski à Toulouse en cas d’exode

Dimitri Szarzewski

Dimitri Szarzewski - -

Toujours en quête d’un repreneur, les dirigeants parisiens s’activent pour réduire la masse salariale et présenter un budget solide devant la DNACG, lundi. Les stars Kelleher et Bastareaud sont sur le départ. Szarzewski, lui, est déjà sur les tablettes du club toulousain.

Le Stade Français se prépare à subir une saignée de son effectif dans les jours à venir. Alors qu’un pool d’investisseurs s’active en coulisses pour injecter les 6,5 millions d’euros nécessaires (montant du déficit) pour passer devant la DNACG lundi, le club s’attache à réduire sa masse salariale. Obligés de présenter un nouveau budget (estimé à 22 millions d’euros), les dirigeants parisiens devront couper dans les dépenses et dégraisser l’effectif.

La priorité est de se séparer des recrues Byron Kelleher, Aled De Malmanche et Anton Van Zyl. Une formation du Top 14 serait intéressée pour récupérer le demi de mêlée néo-zélandais dont le salaire ne peut être assumé que par un gros club du championnat.

La porte devrait aussi s'ouvrir pour Mathieu Bastareaud qui a récemment fait part de son désir de rejoindre Toulon. Opposé à son départ, Max Guazzini est contraint de faire marche arrière. Le transfert du centre international pourrait en plus rapporter une indemnité estimée à 400 000€ (équivalente au rachat des deux dernières années de contrat du joueur). Si le Stade Français parvenait à se séparer de ces quatre joueurs, il réaliserait une économie de 1,5 million d’euros sur les salaires. Si tel n’était pas le cas, il serait contraint de se séparer d’autres joueurs. Et les premiers visés seraient alors les avants internationaux, denrée rare et chère.

Papé a le choix

Toulouse a fait part de son intérêt pour Dimitri Szarzewski, talonneur de l’équipe de France. Intérêt dernièrement ravivé par la blessure de William Servat : « On ne va pas se comporter en charognards, a prévenu le président toulousain, René Bouscatel. Mais, in fine, s’il fallait trouver des solutions pour certains joueurs, on le ferait en parfaite harmonie avec Max. » La doublure de Servat en équipe de France a aussi été proposé à Biarritz.

D’autres joueurs pourraient quitter le navire parisien comme le deuxième ligne Pascal Papé et le pilier David Attoub, annoncés du côté de Lyon. Olivier Milloud, arrivé en provenance de Bourgoin, bénéficie encore d’une belle côte sur le marché. Le jeune Rabah Slimani a des touches avec Biarritz et Bordeaux. Même le capitaine, Sergio Parisse, pourrait s'en aller et rebondir à Clermont.

Si ces départs permettraient au Stade Français de rester à flots financièrement, ils porteraient en revanche un sérieux coup aux ambitions sportives du club. L’issue sera toujours meilleure qu’une relégation en Pro D2. Si aucun repreneur n’injecte les millions nécessaires avant lundi, le couperet d’une rétrogradation sur tapis vert tomberait. Dans ce cas, l’exode serait quasi général dans la mesure où les joueurs bénéficient de clauses libératoires dans leur contrat. Le marché des transferts, fermé depuis le 15 juin, serait alors inondé de joueurs parisiens. En concertation avec Provale, la Ligue pourrait d’ailleurs prendre des mesures exceptionnelles afin de faciliter les mutations.