RMC Sport

Top 14: Arthur Vincent entre Montpellier et Toulouse

Info RMC Sport - Le trois quart centre international de Montpellier Arthur Vincent fait l’objet d’une cour assidue de la part du Stade Toulousain. Formé au MHR, il hésite à la suite à donner à sa carrière, entre poursuivre avec son club de toujours ou rejoindre l’ogre rouge et noir.

A bientôt 22 ans (il les aura le 30 septembre prochain), aussi jeune soit-il, Arthur Vincent est déjà à un carrefour de sa carrière professionnelle. Le trois quart centre international montpelliérain (14 sélections), ancien capitaine des doubles champions du monde U20 (2018 et 2019), va en effet devoir trancher : ou continuer avec son club formateur, qui aimerait évidemment le conserver et qui négocie avec lui depuis la fin de saison dernière, ou faire le grand saut et rejoindre les rangs du Stade Toulousain. Le joueur aurait d’ailleurs déjà rencontré les dirigeants haut-garonnais.

Au gré des blessures ou méformes de la concurrence mais surtout de ses propres performances, Vincent est devenu un élément important du quinze de France, avec lequel il a enchaîné les trois tests en Australie dans la peau d’un titulaire (Fickou et Vakatawa n’étaient toutefois pas du voyage) et peut potentiellement s’avérer être plus qu’une solution en cours de match. Complet, puncheur, bon défenseur, il a aussi toujours fait preuve d’un état d’esprit irréprochable.

Un possible duo Vincent-Barassi

De quoi attirer un club du standing du Stade Toulousain, qui a également la volonté de faire venir un autre centre international champion du monde U20 en la personne de Pierre-Louis Barassi, en provenance de Lyon (l’affaire étant bien avancée même si le Stade Français est également sur les rangs). Sans minimiser les performances d’un Sofiane Guitoune ou d’un Pita Ahki, un duo Vincent-Barassi aurait de la gueule sur le papier et serait gage d’avenir pour le double champion en titre, pas refroidi par les possibles absences de ces joueurs souvent convoqués avec le quinze de France, comme c’est également le cas de la recrue venue de Castres, Anthony Jelonch.

Toulouse sait qu’il peut se heurter à la relation particulière qu’Arthur Vincent a pu développer vis-à-vis du MHR. Arrivé à l’âge de 14 ans, après neuf saisons passées à l’école de rugby de Mauguio, dans la banlieue montpelliéraine, il est attaché à son club, sa région, ses racines familiales. Toutefois, le joueur a conscience que l’occasion de rejoindre l’armada des Rouge et Noir, et sa génération gloutonne de titres ne se présentera peut-être pas deux fois. Et qu’à deux ans de la Coupe du Monde en France, évoluer avec les Dupont et Ntamack fait réfléchir. Montpellier est prévenu.

WT