RMC Sport

Top 14 : Castres s’offre un remake !

-

- - -

Le CO a confirmé son statut de bête noire de Montpellier en s’imposant en demi-finale du Top 14 à l’issue de la prolongation (22-19), samedi à Lille. Les tenants du titre s’offrent une deuxième finale consécutive face à Toulon, le 31 mai.

Si on les entend un peu moins dans les medias que leurs homologues du RCT et du Racing, sur le pré, Montpelliérains et Castrais sont de sacrés bavards. Après la demie cadenassée remportée par Toulon vendredi (16-6), le champion de France et son rival héraultais ont offert un spectacle aussi intense qu’indécis au public du stade Pierre-Mauroy de Lille, dont l’affluence record (49 257 spectateurs, mieux que Lille-PSG !) a été récompensée par une irrespirable prolongation. Déjà bourreaux de Montpellier en barrages ces deux dernières saisons, les incroyables Castrais ont remis ça (22-19) et restent en course pour un doublé inattendu. Ce sera le 31 mai face à Toulon au stade de France (21h). Des Varois qu’ils avaient domptés l’année dernière, déjouant déjà les pronostics.

On annonçait les Castrais émoussés après leur exploit au tour précédent face à des Clermontois terrassés dans leur antre inviolable de Marcel-Michelin (16-22). Jamais vraiment attendus, mais toujours bien présents, les hommes du CO ont résisté jusqu’au bout, en mêlant rigueur défensive et relances audacieuses. Et à la manière des équipes britanniques, ils ont fini par user des Montpelliérains pas si frais que ça. Une heure durant, la rencontre a suivi un scénario classique, avant de virer au polar. A un premier essai d’un Claassen homme du match (31e), le Néo-zélandais Ranger répliquait logiquement (33e) sur une belle inspiration de Trinh Duc. Lorsque l’ouvreur oublié de la liste de Saint-André commença à enquiller les pénalités pour donner une première fois l’avantage aux Héraultais (63e), on imaginait l’inévitable chute du champion.

Baï, ce héros

Constant au plus haut niveau depuis plusieurs saisons, Castres sait désormais conclure. Eternel outsider, le club tarnais aime vivre dans l’ombre. Et si l’on invoquait la thèse du miracle collectif pour expliquer le triomphe de l’année dernière, il faudra désormais trouver autre chose. Il y a d’abord Kockott, le métronome auteur de 14 points, perclus de crampe en fin de fin, mais toujours prêt à plaquer. Il y a les jambes de Dulin, talent fou prompt à percer les défensives. Bien protégé par un pack guidé par le monstre Claassen, Rémi Talès a finalement validé le choix de Saint-André d’en faire son ouvreur titulaire.

Talès qui aurait pu être le héros malheureux de ce match après son drop raté à l’ultime seconde du temps réglementaire. Mais alors que le match semblait verrouillé en prolongation, le vétéran fidjien Seremaia Baï (35 ans) prit tout son temps pour poser le drop de la gagne. C’en était trop pour Montpellier, à nouveau interdit de finale. Castres, en revanche, a confirmé son appétit pour les gros. Après avoir avalé Clermont, troisième de la saison régulière, le CO vient de s’offrir le deuxième. Les Toulonnais, en tête du Top 14 au soir de la 26e journée, sont doublement prévenus.

>> Toulon s’offre une deuxième chance

>> Castres met l’Auvergne à ses pieds

>> Boudjellal, comme un air de Tapie

Sylvain REIGNAULT