RMC Sport

Top 14: des blessés chouchoutés à distance

L'épidémie de coronavirus a entraîné l'interruption du Top 14 jusqu'à nouvel ordre mais plusieurs joueurs continuent de travailler pour revenir de blessure grâce aux adaptations de leurs clubs.

Les joueurs du Top 14 sont actuellement à l’arrêt. Impossible pour eux de se rendre dans les clubs, tous ayant cessé toute activité à cause du coronavirus. Une situation compliquée pour les blessés qui ne peuvent bénéficier des infrastructures pour se remettre en forme.

>> Le sport face au coronavirus, les dernières infos en direct

Mais pas question de laisser les joueurs à l’abandon, les clubs se sont organisés pour éviter de prendre trop de retard sur les protocoles de rééducation. Sauf que certains cas sont problématiques.

Picamoles se soigne à seul à la maison

Louis Picamoles le reconnaît, il a eu une petite crainte au début du confinement. Gravement blessé en décembre dernier, le capitaine du MHR souffre d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche. Une grosse blessure qui nécessite des soins précis et surtout l’utilisation d’appareils spécifiques. Mais avec le confinement strict et le chômage partiel (aucun kiné n’est présent dans les locaux du club), impossible de suivre le protocole habituel. Le numéro huit de Montpellier réalise donc une rééducation à l’ancienne, seul dans sa maison.

"J’ai la chance d’être suivi par un des kinés qui n’est pas obligé de le faire mais qui se soucie de ma santé, raconte-t-il. On s’appelle tous les jours, il m’envoie chaque jour une séance à faire avec des exercices avec un compte rendu à la fin de la journée pour savoir comment cela s’est passé."

Une rééducation sans doute moins efficace mais qui satisfait Picamoles: "Dans ce climat exceptionnel, il faut s’adapter et pour le moment l’adaptation ne se passe pas trop mal."

L’ancien Toulousain s’est équipé d’appareil de musculation, de kits de rééducation pour prendre le moindre de retard possible sur son programme de reprise.

Rattez: "Un des seuls joueurs que ça arrange"

A La Rochelle, Vincent Rattez, touché avec l’équipe de France pendant le Tournoi des VI Nations, vit plutôt bien cette situation. "Je dois être un des seuls joueurs que ça arrange, souffle l’ailier opéré le 12 février d’une fracture du péroné. Cela me démange moins de toucher le ballon vu que je sais que tout le monde est confiné. Je suis même en avance sur ma date de reprise. C’est un peu égoïste mais voir tous les mecs logés à la même enseigne, ça me fait du bien mentalement."

Direction, Bayonne, à un peu moins de 400 kilomètres. Là, c’est le cas de Djibril Camara qui inquiète. L’arrière de l’Aviron Bayonnais, lui, s’est durement blessé à l’ischio de la cuisse gauche contre son ancien club, le Stade Français le 22 févier. Sa saison est d’ores et déjà terminée, mais la suivante pourrait aussi pâtir du confinement. "Il devait avoir une rééducation qu’il ne pourra pas effectuer, nous a-t-on indiqué ces derniers jours à l’Aviron. D’une blessure de trois mois, on pourrait passer à six mois."

Le joueur, lui, se veut plus optimiste. "Si je ne le suis pas, qui le sera, lance-t-il avec le sourire. Pour le moment, je suis dans les temps dans le processus d’après-opération. Mais là, il n’y a pas la course ni la vraie musculation... J’espère reprendre en début de championnat, si ce n’est pas le cas, je ferai avec."

Des soins moins bien pratiqués

Evidemment, la situation est loin d’être optimale. Le manager du Racing 92 Laurent Travers, comme les autres, en a conscience. "Ce qui est sûr, c’est que les soins sont actuellement moins bien pratiqués. Mais il y a possibilité d’effectuer de la rééducation en expliquant les choses, souligne le technicien francilien. Cela ne remplace pas le fait de réaliser les soins sur place mais on peut le faire à distance en expliquant ce qu’il faut faire et comment le pratiquer."

Du retard sur les protocoles mais un gain de temps sur la cicatrisation. Indisponible ces dernières semaines après s’être blessé à l’ischio contre La Rochelle, François Trinh-Duc sera ainsi disponible pour les prochaines échéances si la saison reprend. Le si est important… "Le seul point d’interrogation concerne Camille Chat (déchirure à un mollet avant le match contre l’Ecosse avec les Bleus)", avoue encore Laurent Travers.

Urios: "On n’est pas sur leurs porte-bagages"

Du côté de Bordeaux, on déplore quatre blessés de longue durée: Cyril Cazeaux, Thierry Païva, Laurent Delboulbès et Florian Dufour. Et comme dans les autres clubs, ils sont suivis au quotidien par le staff médical. D'ordinaire, au centre d’entraînement, ils peuvent rapidement échanger avec les kinés sur une petite douleur, une petit gêne.

Là, ils sont seuls face à leurs sensations. Et Christophe Urios, manager de l’UBB, veut même voir du positif dans cette situation. "Pour ces garçons, le confinement est plutôt une bonne nouvelle, nous expliquait-il mardi. Ils sont face à leur responsabilité, on n’est pas sur leurs porte-bagages comme au centre d'entrainement. En même temps ça développe chez eux une vraie autonomie et ça leur apprend des choses sur eux-mêmes."

Les joueurs au repos forcé

Beaucoup de managers veulent essayer de voir le bon aspect de cette situation. Et tenter de positiver. Jamais leurs joueurs n’auront bénéficié d’une période de repos, certes forcé, aussi longue. Tiraillés sur tous les fronts depuis de nombreuses saisons, ils peuvent soigner les petits bobos. Arthur Vincent, international français de Montpellier, l’avoue: "Dans les moments difficiles il faut chercher les bons côtés entre guillemets. Ça permet de couper, de souffler. Ça fait du bien au corps et à la tête même si on aurait préféré jouer."

Sentiment partagé par Laurent Travers qui préfère ironiser sur la situation. "L’avantage c’est qu’il n’y aura pas de nouveaux blessés. Ce serait dommage que le mec se blesse en étant tranquille chez lui", lance le manager du Racing 92 avant de rire. Quand le championnat reprendra, les entraîneurs seront devant une situation inédite: l’abondance de joueurs à cette période de l’année. Sauf si le chômage partiel perdure jusqu’à la fin de saison en raison de la pandémie…

JL avec JFP et NP