RMC Sport

Top 14 : l’Aviron s’offre Toulon

La joie des Bayonnais

La joie des Bayonnais - -

Privé de nombreux cadres laissés au repos en vue des quarts de finale de la H Cup, Toulon s’est incline à Anoeta face à Bayonne (33-28). Fringant en début de match puis plus poussif, l’Aviron tient sa revanche après la claque reçue à l’aller à Mayol (59-0).

Wilkinson. Botha. Giteau. Mais aussi Sheridan, Hayman, S. Armitage, Masoe, Wulf, Bastareaud ou encore Bruno. Un aperçu du quinze titulaire du RC Toulonnais, ce samedi sur la pelouse d’Anoeta, pour son choc face à l’Aviron Bayonnais ? Non, plutôt la liste des joueurs volontairement mis au repos par Bernard Laporte, déjà concentré sur la réception, le 7 avril prochain, de Leicester en quarts de finale de la H Cup. Liste à laquelle il fallait rajouter Michalak, blessé à l’épaule (luxation) lors du dernier match du Tournoi des VI Nations et au repos forcé, lui, pour une durée de six à huit semaines. C’est donc un Toulon bis, voire B, qui s’est incliné ce samedi, à San Sebastian, face à un Aviron bien déterminé à ne pas subir la même rouste qu’à l’aller (59-0). L’absence de nombreux cadres peut-elle expliquer la sixième défaite cette saison du RCT (33-28), la cinquième à l’extérieur ?

Pas vraiment. Si Toulon a connu un certain retard à l’allumage, c’est en grande partie à cause de ses largesses défensives, dont se sont régalés Speeding dès la 4e minute de jeu puis O’Connor (24e). De son indiscipline aussi, qui a permis à Potgieter (11e, 33e) de faire apprécier la qualité de sa botte au public d’Anoeta et d’offrir les commandes de la rencontre à son équipe à la pause (20-11). Un avantage solide, bien que fortement menacé en seconde période, quand le RCT s’est mis à jouer. Plus juste, plus rapidement et avec moins de scories derrière, même si Potgieter (52e et 60e) et Gerber (49e) ont rapidement donné de l’air à des Basques sous pression. Une prise d’oxygène bienvenue, tant les hommes de Bernard Laporte ont mis un point d’honneur à refaire leur retard.

Bayonne a résisté

Van Niekerk (53e) et Tillous-Borde (66e) ont pris le relais d’Orioli (22e), derrière la ligne d’essai. Et à moins d’un quart d’heure de la sirène, après la transformation de Palisson, Toulon ne pointe plus qu’à cinq longueurs de Bayonne (33-28). Le souffle du RCT se fait sentir sur la nuque basque mais celle-ci ne rompt pas. Avec la manière d’abord puis dans la douleur et la solidarité ensuite, l’Aviron se paye le RCT à Anoeta, comme l’avait pressenti son manager Christian Lanta. Et fait oublier à ses supporters la claque reçue à l’aller. Pour l’AB, plus que jamais en pole position pour son maintien, la journée, avec ce succès de prestige, a été fructueuse. Pour Toulon aussi, qui repart avec un point de bonus défensif et n’est pas si marqué que cela… à en juger par le sourire de Bernard Laporte en fin de partie.

A.D.