RMC Sport

Top 14: Le huis clos est "le choix le plus rationnel", estime Lombard

Pour endiguer l'épidémie de coronavirus, le directeur général du Stade Français Thomas Lombard favorise le huis clos au report des matchs de Top 14. Une option qui permettrait d'aborder la fin de saison "avec plus de sérénité", mais sans réelle certitude.

D'abord, il y eut l'idée du report des trois prochaines journées de championnat. "Dans un premier temps, rappelle Thomas Lombard, cela semblait être la décision la plus recevable par rapport aux clubs et à la perte économique qui est en jeu." Mais finalement, le futur des saisons de Top 14 et Pro D2 devrait s'écrire à huis clos.

Le directeur général du Stade Français explique pourquoi les présidents des clubs du rugby professionnel français devraient voter pour jouer sans public, lundi prochain lors de l'assemblée générale de la Ligue. "Si c’est pour aller vers un report puis un deuxième report derrière, je crois qu’il faut revenir à un peu plus de raison et appliquer le principe de précaution, insiste-t-il. Donc ma position du moment, c’est que disputer les matchs à huis clos est sans doute la meilleure solution."

"Une épée de Damoclès"

Geler temporairement les divisions professionnelles serait en effet difficilement réalisable. "Le huis clos, justifie Lombard, c’est le choix le plus rationnel dans la mesure où on ne sait pas du tout comment l’épidémie va évoluer. On ne sait pas face à quoi exactement on se trouve et ce qu’il adviendra de cette situation dans les semaines qui viennent. Donc le huis clos, c’est permettre aux matchs de se dérouler, tant qu’on n’a pas de joueur qui soit atteint, parce que ça aussi c’est une épée de Damoclès qu’on a au-dessus de la tête. Et donc d’envisager la fin du championnat avec un peu plus de sérénité."

Sérénité sur le papier, puisqu'une autre possibilité subsiste: l'arrêt de la saison. Cela impliquerait notamment que l'actuel premier de la saison régulière, Bordeaux-Bègles, soit désigné champion du Top 14. Thomas Lombard l'avoue, éluder la question n'est plus envisageable: "J’espère que ce ne sera pas le cas, mais je pense malheureusement que c’est une hypothèse qu’on ne peut pas exclure."

TT, avec JP