RMC Sport

Top 14 : le Racing s’empare de Jean-Bouin

Juandre Kruger

Juandre Kruger - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le Stade Français s’est incliné ce samedi pour le compte de la 23 journée du Top 14. Il s’agit d’une première dans le nouveau Jean-Bouin pour des Parisiens qui tombent contre leurs rivaux du Racing (32-22). Une défaite qui tombe au pire moment.

Le Stade Français ne pouvait pas connaître pareille désillusion. Une première défaite à domicile dans son stade de Jean-Bouin contre le Racing Métro 92 (22-32) et surtout une glissade au classement pour des Parisiens qui occupent la huitième place du championnat. Le grand gagnant de la journée est donc le Racing, qui s’impose après avoir fait le dos rond en début de rencontre, et qui se hisse par la même à la cinquième place du Top 14.

Le Racing a réussi là où Clermont, Toulon, Castres ou encore Montpellier, avaient échoué avant lui. « On avait vraiment besoin de cette victoire, sourit le trois-quart Henri Chavancy. On est très satisfait car dans l’optique de fin de championnat c’est très positif. Ce match nous fait du bien et fait mal à la tête à un concurrent direct, mais encore une fois, rien n’est fait. » Contre des Parisiens qui n’ont gagné qu’à une seule reprise lors des cinq dernières journées de championnat, le scénario semblait écrit tant le Stade Français a peiné à marquer pendant ses temps forts.

Vuidravuwalu, un doublé en vain

Au contraire, c’est Benjamin Fall, auteur d’une cruelle interception dès la 6e minute, qui lance de la meilleure des manières sa formation. L’ailier international est imité quelques minutes plus tard par Juandre Kruger (28e). 18-6 à la mi-temps pour le Racing, qui fait la course en tête et oblige le Stade Français à se lancer dans une vaine course poursuite. Vuidravuwalu maintient l’espoir grâce à deux incroyables essais (41e et 72e), mais Antoine Battut (67e) et Jonathan Sexton, sur pénalités, avaient permis aux leurs de toujours conserver un minimum de 4 points d’avance.

Le point de bonus défensif échappe au Stade Français, qui avait pourtant montré de réelles intentions de jeu face à des joueurs du Racing au jeu plus restrictif mais payant ce samedi. « Ça fait mal, peste l’entraîneur, Gonzalo Quesada. Je crois qu’on a perdu la tête haute. Il y avait un bel état d’esprit. On va essayer de ne pas dramatiser car même si c’est presque impossible, on va essayer de changer l’histoire jusqu’à la fin de la saison. Ce n’est pas fini. On mérite de tenter le coup. On va jouer notre chance à fond car c’est hors de question de lâcher. » Car ce sont désormais deux déplacements à Bayonne et Toulon, ainsi que la réception de Bordeaux-Belges, qui se profilent pour Pascal Papé et ses hommes. Cette fin de championnat promettait d’être haletante. Elle tiendra ses promesses.

A lire aussi :

>>> L'actualité du Top 14

>>> Toulon dompte Toulouse

>>> Ce qu'il faut retenir de la 23e journée

>>> Ce qu'il faut retenir de la 22e journée

>>> Ce qu'il faut retenir de la 21e journée

La rédaction