RMC Sport

Top 14 : Montpellier et ses "Sud-Af" coulent Oyonnax

-

- - AFP

Dans un match marqué par quelques belles échauffourées, Montpellier est allé s’imposer au stade Charles-Mathon d’Oyonnax (10-31) en clôture de la 18e journée de Top 14. Une victoire bonifiée qui permet aux Héraultais de remonter à la 5e place, juste devant Toulouse. Pour Oyonnax, le maintien s’avère mission impossible désormais.

L’armada sud-africaine de Montpellier était à "Oyo". Et elle a cartonné (31-10). Sur les 23 joueurs héraultais inscrits sur la feuille de match, huit Boks ont foulé la pelouse du stade Charles-Mathon d’Oyonnax ce dimanche à l’occasion de la 18e journée du Top 14. Et six étaient titulaires. Rien d’étonnant quand l’entraîneur se nomme Jake White. Mais dans ce match haché par l’indiscipline, c’est l’Australien Ben Lucas qui a placé la première banderille (17e), sur un retour intérieur de Catrakilis. Les Montpelliérains ont récidivé un quart d’heure plus tard avec Willemse (32e) sur un petit côté bien négocié par Nic White (14-3).

Oyonnax est revenu un peu dans le match avec l’essai de Jennecker au retour des vestiaires (43e), trop vite effacé par une réalisation en bout de ligne de Benjamin Fall (46e) qui reléguait les Oyomen à 14 points. La rentrée des frères du Plessis a permis au cadet Bismarck de marquer son troisième essai de la saison sur un groupé pénétrant du pack montpelliérain. Le 66e essai encaissé par Oyonnax cette saison, qui assure aux Héraultais une 5e place au classement, à neuf points du leader Racing 92.

Une première période animée

Il ne faisait pourtant pas si froid au stade Charles-Mathon mais les deux équipes ont décidé de rendre bouillante cette rencontre. Un plaquage haut sanctionné en guise d’amuse-bouche à la 21e minute, une échauffourée entre Tian et White (37e), un marron entre Jennecker et Nariashvili (38e) et pour terminer cette première période en beauté, un coup de tête du multirécidiviste Missoup sur Du Plessis (40e). Sur cette dernière action, Cédric Marchat, l’arbitre du jour, a d’ailleurs dégainé un carton jaune pour chacun des protagonistes. Et les Oyomen ont même fini cette mi-temps à treize avec l’exclusion temporaire de Guillamon sur une énième faute en mêlée. Dur…

B.Duguine