RMC Sport

Top 14 : Toulon, double ration de bonheur

Toulon et le Bouclier de Brennus

Toulon et le Bouclier de Brennus - -

Grâce au pied chirurgical de Jonny Wilkinson et à une bonne gestion du score, Toulon a pris sa revanche sur Castres et remporté le 4e championnat de France de son histoire (18-10). Comme Toulouse en 1996, le RCT réalise le doublé H-Cup-Top 14.

Saint-Denis, 22h50 : Christophe Berdos porte le sifflet à sa bouche et met un terme à la finale du Top 14 qui opposait samedi Toulon à Castres. L’homme en vert libère surtout toute une équipe et tout un peuple. Car la fête sera totale pour les Toulonnais sur la pelouse du Stade de France. Resplendissante pour les supporters Rouge et Noir venus gonfler les travées de l’enceinte de Saint-Denis. Inoubliable pour ceux restés dans le Sud et partis voir la rencontre sur l’écran géant prévu à cet effet sur la pelouse du Stade Mayol. Pour Mourad Boudjellal, président fier et comblé. Pour Bernard Laporte, le visage déformé par l’émotion et la joie. Et pour les joueurs toulonnais, bien sûr. Le RCT a battu Castres (18-10). Le Brennus, tant attendu depuis 1992, est enfin de retour sur la Rade.

« Ce serait bête de dire qu’il n’y a pas de revanche, confiait Craig Burden dimanche dernier, au lendemain du succès en H Cup. On a perdu l’an dernier. Là, on a vraiment envie d’aller chercher ce Bouclier qui nous échappe depuis quelques années. » Cette envie s’est vue et s’est maintenue, tout au long d’une partie où Toulon a fait du Toulon : une grosse présence sur les phases de conquête (en touche surtout), une défense très agressive et très juste, aussi, sans oublier une habileté à gérer le score et à punir, enfin, les errements adverses. « L’an dernier, on pensait sincèrement que Castres n’était pas capable d’évoluer à ce niveau », rappelait Mourad Boudjellal avant la rencontre. Cette fois, les Toulonnais n’ont pas pris les Tarnais de haut. Cette fois, Toulon a pris sa revanche.

Quand Delon Armitage fait un remake du Leinster

Les Rouge et Noir se sont fait peur, pourtant, quand Max Evans déchirait littéralement leur défense, tentait de mettre Kockott sur orbite, pour finalement récupérer la gonfle au nez et à la barbe de Delon Armitage et la poser dans l’en-but (11e). Ce sera bien là la seule excentricité que le RCT aura toléré de la part de son adversaire. Car derrière, à défaut de faire le show, Toulon maximisera chaque faute d’indiscipline des Castrais. Et dans le rôle du bourreau, il n’y avait pas trente-six mille candidats possibles samedi soir dans les rangs toulonnais.

Grand bonhomme du RCT cette saison, décisif en finale de Coupe d’Europe une semaine plus tôt contre les Saracens, Jonny Wilkinson a remis ça sept jours plus tard. Son pied n’a pas tremblé au moment de transformer en or les pénalités concédées par Castres. Ni à l’heure de placer un drop ô combien important quand le CO était devant d’une courte tête (9-10). Tout le contraire d’un Rory Kockott longtemps dans le coup au jeu de la comparaison mais qui expédiera à côté des perches trois cartouches tout aussi primordiales (2/5 au pied, 40 % de réussite). La suite ? Du Toulon dans le texte et sur le pré. C’est-à-dire, et notamment, une seconde période à sa main, dans laquelle trois points seulement seront inscrits. On vous laisse deviner de qui ?

L’histoire sera encore plus belle pour Toulon quand Delon Armitage expédiera un énorme coup de tatane de 50 mètres entre les poteaux. Petit souvenir du quart de finale de H Cup contre le Leinster ou l’arrière toulonnais avait déjà régalé de très loin (73e). A une poignée de minutes de la sirène, « Wilko » ne se sentait plus les cannes pour tenter le coup. Mais le néo-retraité anglais ne sera pas le dernier à fêter le premier doublé H Cup-Top 14 de l’histoire du RCT, le second du rugby hexagonal après celui du Stade Toulousain en 1996. Et il l’aura bien mérité.

A lire aussi :

>> Toulon reprend une ration de H Cup

>> Top 14 : Toulon s'offre un doublé

>> Toute l'actu du Top 14

A.D