RMC Sport

TOP 14 – Wilkinson de retour à Toulon, a priori c’est non !

Jonny Wilkinson

Jonny Wilkinson - AFP

La blessure de Frédéric Michalak, ajoutée à l’absence de Leigh Halfpenny, a poussé le président de Toulon, Mourad Boudjellal, à solliciter un retour de son ancien demi d’ouverture star, Jonny Wilkinson. Mais l’intéressé, qui vit en Angleterre et effectue quelques piges avec le staff toulonnais, a préféré décliner l’offre.

Jonny Wikinson, joueur, tenue Rouge et Noir sur le dos, soulevant le Bouclier de Brennus. Le premier et le dernier de sa carrière, le premier pour le RC Toulon depuis 1992. L’image date du 31 mai dernier. Elle est d’archive, déjà. Et elle devrait le rester. Car malgré l’épaule déboitée de Frédéric Michalak (dont on ignore encore la durée de l’indisponibilité) et la pubalgie de Leigh Halfpenny, « Jonny » ne remettra pas le maillot du RCT. Mourad Boudjellal a bien tenté le coup, dimanche, en passant un coup de fil à l’agent de « Wilko », Laurent Quaglia, en présence de Bernard Laporte, preuve de la volonté affichée des dirigeants toulonnais d’aller au bout de cette démarche. Le président a même joué franc jeu, en lançant à l’agent : « Il va falloir que tu sois bon. On a besoin de Jonny. A toi de le convaincre ». Dans la bouche du joueur et de son entourage, le message est clair : « Wilkinson a raccroché les crampons et ne reviendra pas ».

Pourquoi ? Parce que pour l’Anglais, sa fin de carrière s’est passée comme dans un rêve avec le doublé Coupe d’Europe-championnat. Alors… « je ne le vois pas prendre le bus vendredi pour aller à Brive » rapporte en rigolant un proche de Wilkinson, joint par RMC Sport. Ensuite parce que Wilko, véritable stakhanoviste du ballon ovale, apparait beaucoup plus détendu et serein depuis qu’il a stoppé sa carrière. Du coup, il ne se voit pas replonger dans la pression quotidienne qu’il s’imposait, lui l’ultra perfectionniste. Enfin, parce que l’Anglais voit dans un éventuel retour un manque de respect envers les buteurs que recense l’effectif toulonnais (Michalak, Giteau et Halpenny - blessés - voire O'connor, Escande et Delon Armitage). Buteurs que « Jonny », qui passe au moins une fois par mois faire une pige d’entraîneur à Berg, le centre d’entraînement du RCT, est censé faire progresser.

Boudjellal : « Autant de chances que de voir Moscato fouler une pelouse »

« Cela ne sert à rien de faire rêver les gens pour rien. C’est Jonny, c’est Mourad, c’est Bernard, c’est le champion d’Europe », ironise pour conclure un proche de Wilko, pas surpris que sept coups de pied manqués et une défaite suffisent à faire ressurgir le spectre du come-back de Wilkinson sur la Rade. En clair ? C’est le contexte passionné de Toulon qui a parlé et alimenté cette rumeur, sans qu’il y ait de véritable espoir de faire revenir Wilko. D’autant que la réponse de l’intéressé se veut ferme. « J’aime Toulon, je suis fidèle à ce club mais ce ne serait pas raisonnable de revenir aujourd’hui » a confié Wilkinson au téléphone à Pierre Mignoni. Comprenez : il faudrait un tout autre contexte, comme une vraie crise à Toulon ou une longue série de défaites pour que l’ouvreur blond, à la coupe toujours soignée et au physique aguerri, accepte de jouer les sauveurs de la patrie. Même Mourad Boudjellal s’est fait une raison.

« Le retour de Wilko ? Je n’y crois pas, a confié ce lundi à RMC Sport le président toulonnais. Ce n'est pas d'actualité. On a presque autant de chances de voir Wilkinson revenir que Vincent Moscato fouler à nouveau une pelouse. Non, je plaisante. Mais il faudrait vraiment que l’on soit au bord du gouffre ou qu’on n’ait plus le moindre n°10 pour que Wilkinson revienne. »Les dirigeants toulonnais cherchent donc un autre joker médical. Mais si le RCT ne trouvait pas son bonheur, Wilkinson risquerait fort d'avoir droit à son petit bourrage de crâne à son retour à Toulon. Après tout… et si le coup de fil d’hier n’était pas une petite perche tendue à Jonny. Histoire que la passion du rugby qui l’a tant animé durant sa carrière ne le rattrape à nouveau ?

Florent Germain