RMC Sport

Toulon en folie

-

- - -

A l’issue d’une demi-finale bien terne, Toulon a dominé Clermont (15-12) grâce à son buteur, Jonny Wilkinson. Les Varois défieront Toulouse dans une semaine au Stade de France (samedi 9 à 18h).

C’est un vieux remake des années 80 qui va se (re)jouer samedi prochain au Stade de France (coup d’envoi à 18h). Affiche de la finale du championnat de France en 1985 et 1989, le choc Toulouse-Toulon retrouvera la lumière dans l’enceinte de Saint-Denis. « Battre le Stade Toulousain, cela ne relève plus du miracle, lâche le président Mourad Boudjellal. Cela remettrait l’histoire de l’humanité en question ! Si on gagne le Bouclier de Brennus, ce sera un ouragan à Toulon. D'abord, on va décréter une semaine fériée (rires). Et puis il faudra tenir une semaine sans dormir. »

Comme les champions de France en titre, samedi, face à Castres (24-15), les Toulonnais n’ont pas inscrit le moindre essai pour obtenir le précieux sésame. Face à une formation clermontoise pourtant favorite, ils se sont en revanche montrés bien plus efficace sur les pénalités. Merci qui ? Jonny Wilkinson ! Décevant en match de barrage face au Racing, l’Anglais a cette fois-ci réalisé un sans-faute (5 sur 5) alors que le pauvre Morgan Parra manquait le coche à deux reprises (6 sur 4). L’international français a notamment manqué une dernière pénalité, trop courte, à la toute dernière seconde. Rageant.

Le sans faute de Wilkinson

Si le spectacle ne fut pas vraiment au rendez-vous au Stadium de Toulouse, si l’enjeu l’a emporté sur le jeu, le club de Mourad Boudljellal n’en a que faire. Seule la victoire est belle. Surtout, 20 ans après son dernier Bouclier de Brennus (victoire face à Biarritz), le RCT retrouve enfin les sommets. On ose à peine imaginer la semaine de folie que s’apprêtent à vivre les Varois jusqu’au coup d’envoi, samedi, au SDF. « Pouvoir conquérir le Bouclier de Brennus quand on est un joueur de rugby, c’est un rêve, lâche le talonneur Sébastien Bruno en dégustant une bière. Notre force mentale ? On a pris pas mal de coup de bâtons depuis trois ans, on a été pas mal critiqués. On a aussi été très déçu par la finale de Coupe d’Europe. On voulait se racheter. Ce sera très dur contre Toulouse mais nous sommes prêts à relever le chalenge. On n’est pas invincible mais on a un bel état d’esprit. On veut gagner, faire rêver les gens et faire la fierté de la ville de Toulon. »
Pour Clermont, comme l’année passée, la saison s’achève au stade des demi-finales. Bien trop maladroits, notamment lors d’une deuxième mi-temps marquée par de nombreux en avants, les Jaunards n’ont jamais semblé en mesure de prendre l’ascendant sur leurs adversaires. Il y a deux ans, à l’issue d’une demi-finale de folie à Saint-Etienne (35-29 a.p.), c’est Toulon qui était passé à la trappe. Chacun son tour.