RMC Sport

Toulouse-Toulon, finalement choc

Jean Bouilhou, Stade Toulousain

Jean Bouilhou, Stade Toulousain - -

Le leader du championnat, Toulon, se déplace ce samedi à Toulouse (20h45), invaincu depuis 34 rencontres à domicile au Stadium et à Ernest Wallon. Mais qui aborde avec le plus grand sérieux cette affiche.

L’intox aura fonctionné presque jusqu’au coup d’envoi de la rencontre, ce samedi à 20h45. D’un côté des Toulonnais sûrs d’eux, qui par le biais de leur entraineur Bernard Laporte, avaient indiqué qu’ils ne se déplaceraient pas au complet en prévision de la coupe d’Europe. De l’autre côté, des Toulousains reconnaissants de la supériorité du RCT cette année… mais bien décidés à les faire tomber. Equipe bis ou pas.

Sauf que la fin de la semaine aura apporté son lot de changements. Dans le discours, déjà, côté toulousain. « On va faire comme les autres, avant de se faire battre, on va essayer de s’accrocher. » Tels étaient les premiers mots de Guy Novès sur le choc à venir, qui en rajoutait une couche. « Peut-être que dans les années futures, d’autres clubs vont chercher à les copier. Je suis admiratif de ce qu’ils ont fait mais évidemment je ne vais pas avoir mon admiration béate. » La preuve, en milieu de semaine, c’est le même Guy Novès qui avait interrompu une conversation entre Yoann Huget et un journaliste, avant d’expédier les autres questions dans la foulée, le tout afin de préserver son équipe.

Toulon, dernier vainqueur au Stadium

Côté méditerranéen, c’est sur le papier que les choses ont bougé. On annonçait, vacanciers oblige, une équipe bis mais de fière allure samedi. C’est finalement un groupe quasi complet qui va se déplacer au Stadium. Si Sheridan, Botha, Wilkinson et Delon Armitage sont finalement les seules stars toulonnaises absentes du voyage, Bernard Laporte emmènera tout de même avec lui Hayman, Masoe, Steffon Armitage, Michalak, Giteau ou encore Palisson. Mais le coup de bluff a fonctionné, laissant la pression du côté de la Haute-Garonne. Avec toujours à l’esprit l’idée de « faire un coup ».

Plus que cette idée-là, Census Johnston a, lui, déclaré « se préparer à la guerre ». Son coéquipier, Jean Bouilhou a voulu se rappeler au bon souvenir des Toulonnais, évoquant la finale de la saison passée (18-12 pour les siens) et d’enchainer que c’était « peut-être l’équipe du moment, mais nous, ça ne nous chatouille rien du tout ». Pour rappel, histoire de rajouter un peu de piment à l’affiche, la dernière équipe à être venue s’imposer en terres toulousaines n’est autre que… le RC Toulon (3-6), en période de doublons. Une invincibilité qui dure depuis 34 rencontres et le 20 février 2010. Et qui chatouille, pour le coup, le Stade Toulousain.

Le titre de l'encadré ici

Grenoble - Racing Metro, duel de spécialistes|||

Pour le compte de la 7e journée de Top 14, le Racing-Metro se déplace à Grenoble, promu invaincu en deux rencontres à domicile. La solidité des Franciliens à l’extérieur (2 victoires et 1 courte défaite à Clermont) annonce une opposition pleine d’âpreté à Lesdiguières. Pour Gonzalo Quesada, entraîneur des Ciel et Blanc, la tâche de ses protégés s’annonce ardue. « C’est toujours dur de jouer le promu l’année de la montée. Surtout les 4, 5, 6 premiers mois parce qu’il y a quelque chose qui se produit dans un groupe en fin de saison qui arrive à monter, juge l’ancien ouvreur. Il y a un état d’esprit qui leur a fait vivre des moments assez forts ensembles. » Pour autant pas question pour lui de déroger à la règle du turn-over qu’il a mise en place depuis le début de saison. « Aujourd’hui, ceux qui avaient le plus de temps de jeu, étaient  Machenaud, Ghezal, Dimitri Swarzewski, Fabrice Estebanez. Bon il y avait Gaëtan Germain et Julien Brugnaut qui malheureusement ne sont plus là » détaille Quesada qui se privera donc de ces joueurs en Isère pour leur permettre de souffler.

Jean Rioufol avec Wilfried Templier