RMC Sport

Angleterre-France : Pool-Jones et Charvet lancent les hostilités

Denis Charvet

Denis Charvet - -

L’Anglais Richard Pool-Jones et le Français Denis Charvet livrent leur analyse avant le « Crunch » de samedi à Twickenham (18h). Une jolie passe d’armes entre deux membres éminents de la Dream Team RMC Sport.

Comment envisagez-vous le match entre l’Angleterre et la France ?

Pool-Jones : L’Angleterre va affronter une équipe déterminée. Mais ce n’est pas un exploit d’être déterminé quand tu rentres sur un terrain de rugby. C’est le minimum syndical. La France peut gagner, bien sûr. Il y a peu de chances, mais elle peut gagner. On n’a pas un « mangeur d’enfants » au milieu du terrain mais deux : Tuilagi et Barritt.

Charvet : Tuilagi, c’est Bastareaud ! On peut toujours gagner, mais les Anglais me font peur. Ils ont mis 38 points aux All Blacks il y a trois mois alors que la Nouvelle-Zélande était sur une série de 20 matchs sans défaite. Ils ont un collectif homogène. L’ouvreur (Owen Farrell) est à son meilleur niveau alors qu’il n’a que 21 ans. Ça vient aussi de la formation.

Pool-Jones : Si vous regardez les individualités qui composent l’équipe de France, ils n’ont rien à envier aux Anglais.

Quelles seront les clés du match ?

Charvet : Il faut insister sur la mêlée car c’est peut-être là que va se jouer le match ce samedi. Notamment en mêlée fermée.

Pool-Jones : La mêlée française peut être un danger mais le problème pour la France c’est qu’on ne fait plus beaucoup d’en-avants. La mêlée anglaise est belle, même si elle a eu quelques problèmes en Irlande. Mais je pense que la mêlée fermée est le seul point où la France est encore supérieure.

Qu’attendez-vous du duel Bastareaud-Tuilagi ?

Pool-Jones : Bastareaud est en forme, il avance à chaque fois quand on lui donne de l’espace. Je pense que la stratégie de l’équipe d’Angleterre va être d’aller le chercher très haut pour l’empêcher de passer la ligne d’avantage. Après, les menaces françaises seront moins présentes. Tuilagi est un garçon adorable, il est arrivé en Angleterre à 15 ans. Il était à quelques jours de se faire expulser du pays mais heureusement on a réussi à le repêcher in extremis. C’est le maître à jouer de l’Angleterre. Il est très costaud mais a une longue passe très précise. C’est un cauchemar pour les défenses.

Le match face à la France est-il différent des autres pour les Anglais ?

Pool-Jones : Non, parce que tout le monde veut nous battre : les Gallois, les Ecossais, les Sud-Africains,…

Charvet : C’est toujours la haine contre vous en fait (rires) ! Mais pour les Français la motivation n’est pas la même contre les Anglais.