RMC Sport

Bergamasco: « Italie-France ? C’était le match parfait »

-

- - -

Encore trop juste physiquement, Mirco Bergamasco ne fait pas partie des Italiens qui affronteront les Bleus samedi au Stade de France (15h30). L’ailier du Racing se souvient de l’incroyable victoire à Rome l’année dernière (22-21) et ses 17 points contre la bande à Dusautoir.

Mirco, vous souvenez-vous de la date du match Italie - France de l'an passé ?

Je pense que c'était le 21 mars, mais je n'en suis pas sûr. Je me souviens qu'il avait fait très beau ce jour-là (rires). La date n'est pas trop importante, c'est surtout le résultat et la qualité du match qu'on avait livré. C'est un moment qu'on attendait depuis si longtemps…

Pendant la rencontre, avez-vous pensé perdre ?

L'expérience de ces dernières années nous a appris à tenir jusqu'à la dernière minute. On sait malheureusement que nous pouvons perdre un match dans les dernières trente secondes comme contre l'Irlande en ouverture du Tournoi l'an passé. Ce jour-là, contre la France, on savait que rien ne serait terminé jusqu'au coup de sifflet final. L'expérience nous a permis de mieux gérer. Nous avons été très attentifs à ne pas faire de fautes pour ne pas donner des points faciles à la France. C'est le meilleur match qu'on ait jamais joué. Sur ce match, nous avons bâti une défense et une attaque très propres. On a mis les Français en difficulté dans ces deux secteurs.

C'était donc le match parfait…

Oui, c'était le match parfait. C'est bizarre. Il y avait du soleil, du beau temps. Il y avait tout ce qu'il fallait. Les journaux disaient que la France venait se balader à Rome. C'est un ensemble de choses qui a fait que ce match avait une saveur différente des autres. On a été mené de 13 ou 14 points, on ne s'est pas affolé, on a joué ballon après ballon et on est revenu. C'est encore plus positif ce scénario. Pour l'Italie c'était génial, le public a été énorme, il nous a poussés. Il y a peut-être même cru plus que nous. On a fait cet exploit attendu depuis si longtemps.

« J’avais toujours reçu des fessées avant… »

Est-ce votre meilleur souvenir sous le maillot italien ?

Oui. Depuis mes premières sélections chez les jeunes, j'ai toujours joué contre la France et reçu des fessées de 50 à 100 points. Je n'avais jamais réussi à accrocher les Français. Alors oui, c'est mon meilleur souvenir. En plus, j'ai marqué pas mal de points (ndlr : 17). Ça récompensait le bon boulot des copains qui mettaient les Français à la faute. Je n'avais qu'à concrétiser le boulot en passant les coups de pied. J'avais raté les deux premiers coups de pied dont un facile, pour moi ça a été encore plus particulier car j'ai su réagir et rectifier le tir (rires).

Les Français vont être revanchards...

Je pense que ça va être un match intéressant car ces deux équipes ont un nouveau staff et un nouveau sélectionneur (ndlr : Saint-André en France, Brunel en Italie). Les joueurs des deux équipes vont vouloir briller pour signer un bail de longue durée avec les nouveaux encadrements. Ça va être très intéressant dans ce contexte avec, en plus, ce désir de revanche. La France sort d'une Coupe du monde exceptionnelle en étant vice-championne du monde. Il y a tous les ingrédients pour que ce soit un gros choc avec du beau spectacle en prime.