RMC Sport

Irlande-France : la presse irlandaise amère

Brian O’Driscoll

Brian O’Driscoll - -

Ce dimanche, la presse irlandaise revient sur le match nul entre le XV du Trèfle et la France (13-13), estimant que les coéquipiers de Brian O’Driscoll méritaient mieux. Et prend pour cible Frédéric Michalak, l’ouvreur des Bleus.

Le match nul de l’Irlande contre la France (13-13) n’occupait pas une grande place dans les colonnes des journaux irlandais ce dimanche matin. Une page seulement dans le Sunday Telegraph avec à la une du cahier sport, Brian O’Driscoll, et ce titre évocateur : « Un 13 malchanceux ». Un jeu de mots entre le score du match, le numéro de la star irlandaise et le chiffre porte-bonheur - ou malheur - c’est selon. « Le match nul de Dublin pourrait être le dernier match d’Odriscoll », préfère rappeler nos confrères. Peu de polémique autour de Keith Earls et du retour très limite de Vincent Debaty qui a privé les Irlandais d’un possible deuxième essai en toute fin de rencontre.

Dans les colonnes du Sunday Times, on estime toutefois que l’action méritait au moins une pénalité et un carton jaune pour le pilier de Clermont. Et de résumer le sentiment général après la rencontre : « Ce match nul laissera un sentiment différent pour les deux équipes. Pendant que les joueurs français effectuaient un tour d’honneur pour remercier leurs supporters, les Irlandais repartaient vite aux vestiaires avec le sentiment d’avoir raté quelque chose. » Comme tous les journaux irlandais, le Sunday Times a accordé la meilleure note française à Louis Picamoles (8), ainsi qu’à Benjamin Kayser. C’est Frédéric Michalak et son 5 qui ferment la marche.

Michalak ciblé

Le Toulonnais est d’ailleurs la cible de toutes les critiques ce dimanche matin. Montré du doigt, il récolte un 4 dans le Sunday Telegraph avec ce commentaire bien peu éloquent : « A la mi-temps, personne ne s’attendait à le revoir sur le terrain, mais Philippe Saint-André persiste. Qu’a-t-il vu qui nous aurait échappé ? » Le Sunday Independant reprend : « Philippe Saint-André a fait une énorme erreur en titularisant Michalak, il s’est rattrapé en lançant ses bons remplaçants. »

L’apport du banc est d’ailleurs remarqué par l’ensemble de la presse. « On a longtemps pensé que l’équipe de France était proche de la rupture. Ce qui les a finalement sauvés, c’est l’incapacité des Irlandais à faire le trou, conclut le Sunday Independant. L’Irlande méritait plus de ce match compte tenu des efforts fournis mais tout cela reflète finalement le niveau actuel de cette équipe du Trèfle. »

Pierrick Taisne, à Dublin