RMC Sport

Parra : « On est allé le chercher au courage »

Morgan Parra

Morgan Parra - -

Heureux du caractère montré par le XV de France samedi pour décrocher le nul en Irlande (13-13), Morgan Parra se félicite que les Bleus aient stoppé leur série de défaites. Mais certain que son équipe avait les moyens de l’emporter, il ressent une pointe d’amertume et refuse de s’emballer.

Morgan Parra, ce match nul en Irlande (13-13) fait du bien au XV de France…

On est allé le chercher au courage en deuxième mi-temps. Mais je pense qu’on aurait pu démarrer beaucoup mieux. On était venu avec des intentions. On aurait dû essayer d’aller les chercher et leur faire mal pendant 80 minutes. On aurait dû leur faire tomber les ballons, comme ils ont su le faire avec nous en première mi-temps, et les mettre sous pression pour gêner leur jeu au pied. On aurait dû le faire pendant toute la rencontre. Il y a ce match nul mais on ne peut pas dire qu’on est satisfait, parce qu’il y avait la place pour beaucoup plus.

Comment avez-vous réussi à faire basculer la rencontre sur la fin ?

Tout simplement, ce sport demande de l’agressivité et du combat. En deuxième mi-temps, on a su leur faire mal, avec une grosse envie. C’est peut-être ce qui nous a manqué en première période. On a même une séquence en fin de match pour pouvoir gagner. Sincèrement, ça ne se joue à rien.

N’était-il pas surtout important de stopper la série de défaites depuis le début du Tournoi ?

Oui, quand tu es dans une spirale négative, il faut changer tout ça. On a obtenu un match nul, en espérant qu’on décroche une victoire la semaine prochaine. Dans ce Tournoi, on est frustré. En Italie, on aurait pu gagner. Contre le pays de Galles aussi. En Angleterre, on fait une bonne première mi-temps et on passe à côté en deuxième. Aujourd’hui (samedi), il y avait encore la place pour gagner. Mais ce n’est pas une atmosphère de défaite dans le vestiaire et c’est le plus important.

Vous évoquez un manque d’envie. Comment l’expliquez-vous au vu de la situation actuelle de votre équipe ?

Non, je me suis mal exprimé en parlant d’un manque d’envie. On a été pris sur l’agressivité, on n’a pas su répondre en première mi-temps. Après la pause, on est revenu avec d’autres intentions. Quand on passe des semaines comme celle-là, on a envie de tout casser. On était venu avec des intentions, la volonté de faire un gros match et de gagner en Irlande. Les Irlandais venaient de perdre en Ecosse (12-8), ils évoluaient dans un contexte particulier aussi avec la dernière de (Brian) O’Driscoll à domicile. On sait qu’aller jouer en Irlande, c’est très compliqué.

Avez-vous le sentiment que quelque chose s’est créé, avec cette volonté de ne pas perdre ?

Pendant la tournée d’automne, on avait dit qu’une équipe était née, qu’on allait faire un gros Tournoi et qu’on allait peut-être faire le Grand Chelem. Aujourd’hui, on se retrouve à jouer les dernières places. On ne va pas s’emballer non plus. On va se servir de cette deuxième mi-temps et surtout essayer de faire un gros match la semaine prochaine contre l’Ecosse, devant notre public, qui a encore répondu présent ce soir en nous soutenant.

Propos recueillis par Wilfried Templier à Dublin