RMC Sport

Saint-André en Père Fouettard ?

Philippe Saint-André, sélectionneur du XV de France

Philippe Saint-André, sélectionneur du XV de France - -

Bien passé en novembre, le message de Philippe Saint-André n’a pas eu le résultat escompté dimanche en Italie. En vue du deuxième match face aux Gallois samedi (18h) au Stade de France, le sélectionneur pourrait hausser le ton.

« Le Goret » va devoir démontrer ses qualités de chef de meute. Pour la première fois depuis sa prise de fonction à l’été 2011, Philippe Saint-André va devoir remobiliser son équipe après un revers surprise, dimanche en Italie (18-23). La 4e place de la France à l’issue du Tournoi 2012 signait la fin d’une génération de trentenaires. Philippe Saint-André en a pris note, et a commencé à rajeunir en Argentine, avec un revers et un succès à la clé. La tournée d’automne, symbolisée par la correction infligée à l’Australie (33-6) au Stade de France, envoie le XV de France au 4e rang IRB. Assez pour être tête de série au tirage au sort de la Coupe du monde 2015.

C’est donc un favori du Tournoi que les hommes de Philippe Brunel ont fait chuter dans leur enceinte du Stade Olimpico. Sans verser dans le catastrophisme, puisque comme le souligne PSA, « il reste quatre matches », la douche romaine va obliger l’ancien manager de Toulon à quelques ajustements. Pas dans l’effectif, Saint-André ayant reconduit ses hommes, à l’exception prévisible de Pascal Papé, forfait, et remplacé par Jocelino Suta. C’est donc dans la manière de parler à ses troupes que le Berjalien de 45 ans va devoir faire son aggiornamento. Sébastien Chabal, son ancien joueur à Sale, a une idée. « Il va être un peu agacé, il peut être bizarre, dans sa bulle, dans sa préparation de match », raconte l’ex-international sur RMC.

Charvet : « Philippe a contenu sa colère »

Même sentiment pour Denis Charvet, également membre de la Dream RMC Sport. « Philippe est un orgueilleux. Il a contenu sa colère, mais dans la semaine, elle va exploser. Il est franc, il n’a pas peur de dire les choses. Il va les responsabiliser d’avantage. » Car à l’unanimité, l’avis est que les Bleus n’ont pas tenu leur rang en Italie. « Quand tu regardes la feuille de match, tu dois gagner, lâche Vincent Moscato. On n’a pas été assez responsable parce qu’on était les favoris, on n’a pas assumé cette fonction. »
Saint-André devra trouver les mots pour amener l’équipe de France à plus de concentration. Meilleure équipe de l’hémisphère Nord au classement IRB, la France a un statut à défendre. Le fait de ne pas procéder à une grande lessive met les joueurs face à eux-mêmes. Une confiance renouvelée qu’il ne faudra pas décevoir, samedi face aux Gallois. Parce qu’il n’y aura pas de troisième fois pour un certain nombre d’éléments de l’équipe.

Louis Chenaille (avec V.D.)