RMC Sport

Saint-André fait le pari Michalak

Frédéric Michalak

Frédéric Michalak - -

La titularisation du Toulonnais à l’ouverture du XV de France pour le déplacement périlleux en Irlande, ce samedi (18h), pose des questions. Face à la méforme de Frédéric Michalak depuis le début du Tournoi, le sélectionneur a pris un risque.

C’est un peu la surprise du chef, mais on ne sait pas trop si elle aura un goût amer ou une saveur sucrée sur le pré de l’Aviva stadium, samedi (18h) en Irlande. Contre toute attente, Philippe Saint-André* a titularisé Frédéric Michalak aux côtés de Morgan Parra pour mener la bataille de Dublin. Ticket gagnant pour l’ouvreur de Toulon alors qu’on attendait plutôt son homologue de Montpellier, François Trinh-Duc, qui avait rendu une bonne copie pendant 53 minutes en Angleterre (23-13). L’ancien joueur de Toulouse et des Natal Sharks avait repris au cours du match le flambeau sans briller.« On gagne à 23, si je dois rentrer comme remplaçant, il faudra faire mieux qu’en Angleterre », a reconnu Michalak, mercredi en conférence de presse. Sur le banc à Twickenham, le joueur payait ses mauvaises sorties en Italie et contre le pays de Galles. En dépit de ces contre-performances, le demi d’ouverture du RCT a obtenu la confiance du sélectionneur. « Frédéric a retrouvé de la fraîcheur, ses sensations à l'entraînement sont très bonnes. »

Michalak-Parra, duo quasi expérimental

Le choix surprend d’autant plus que les deux hommes ont rarement joué ensemble. En treize rencontres depuis sa prise de fonction en septembre 2011, « PSA » a essayé six charnières différentes dont trois pendant ce Tournoi. La prime va au tandem Michalak-Machenaud (5), suivi du duo Trinh Duc-Parra (4). Le Clermontois et Michalak n’ont été associés qu’une seule fois contre les Samoa (22-14), le 24 novembre dernier, en clôture d’une tournée d’automne réussie pour les Bleus.
A Landsdowne Road, Michalak devrait avoir le rôle de buteur, Morgan Parra prenant les coups de pied de loin. La charnière tricolore ne risque-t-elle pas de manquer d’automatisme samedi face au XV du Trèfle ? « Fred apporte autant que François. Etre associé à l’un ou à l’autre ne change pas, on bosse depuis quelques mois ensemble, on connait le projet de jeu de l’équipe de France. L’essentiel est d’aller dans le même sens », assure Parra.

Saint-André : « S’il faut un bouc émissaire ce sera moi »

Machenaud, décevant en début de Tournoi, ayant fait les frais des choix du staff, Parra est le nouveau patron de la mêlée bleue. « On va déjà essayer de faire le boulot pour l’équipe, sortir de cette galère tous ensemble. » La cuillère de bois est en jeu. PSA le sait. Une nouvelle défaite assombrirait sérieusement l’avenir les Bleus. « S’il y a défaite, je prendrai mes responsabilités, annonce l’ancien manager de Toulon. S’il faut un bouc émissaire, ce sera moi, pas les joueurs. On croit en eux, on croit à leur potentiel. » Lourde charge sur les épaules de la charnière française.

*Au-delà du duo Michalak-Parra, Philippe Saint-André a décidé de titulariser Florian Fritz à la place de Mathieu Bastareaud au centre. Maxime Médard effectue quant à lui son retour.

Le titre de l'encadré ici

La presse étrangère doute de Michalak|||

Le choix de confier l’animation du jeu français à Frédéric Michalak laisse les médias anglo-saxons perplexes. « Une décision étonnante », écrit l’Irish Times. « Je ne suis pas loin de croire que Saint-André veut la cuillère de bois », lance l’ancien talonneur anglais Brian Moore. « Michalak contre l’Irlande. Illogique ?, s’interroge Mick Cleary du Daily Telegraph. Les Français entretiennent les clichés. » Un dernier mot pour la route, et celui-ci s’adresse directement à l’ouvreur du RCT : « Michalak à Dublin devant une équipe qui a beaucoup à prouver. Bonne chance », conclut Moore. L.C.