RMC Sport

VI Nations: pas de plan B pour le moment, en attente de clarifications des autorités françaises

Les organisateurs du Tournoi des VI Nations et la FFR travaillent en collaboration avec les autorités françaises depuis plusieurs semaines pour tenter d’assurer le maintien de la compétition. Ils attendent des clarifications pour les déplacements et les réceptions des équipes britanniques. La 'septaine' est au cœur des discussions. Mais en l’état, il n’est pas question d’un report ou d’une compétition disputée sur un seul et même lieu.

Alors que le Tournoi des VI Nations débute la semaine prochaine, par un déplacement du XV de France à Rome face à l'Italie (6 février), de nombreuses incertitudes demeurent quant à la bonne tenue de la compétition. Le gouvernement français se montre en effet très vigilant sur les confrontations face aux équipes britanniques. La suspension de la Coupe d’Europe en est d’ailleurs la preuve. Depuis plusieurs semaines, le Ministère des Sports travaille en étroite collaboration avec la Fédération Française et les organisateurs du Tournoi afin de mettre en place un protocole sanitaire le plus efficace possible dans ce contexte de pandémie et de propagation du variant britannique du Covid-19.

>> Le sport face au coronavirus, les infos en direct

Le directeur général du Tournoi, Benjamin Morel, interrogé mercredi en marge de la présentation de la compétition en visioconférence, s’est voulu rassurant. Il d’abord rappelé que les tests avaient été renforcés en vue de ce Tournoi, mais aussi avec la mise en place de nouvelles règles sanitaires. Pour le moment, les organisateurs du Tournoi attendent d’en savoir plus sur les éventuelles dérogations de 'septaine' pour les équipes nationales. "On a apporté toutes les garanties nécessaires aux autorités françaises en ce qui concerne l’ensemble de nos protocoles, a-t-il expliqué. On a ce point particulier de la 'septaine' pour ce qui est en dehors des pays européens, ça touche là le Royaume-Uni. On attend une clarification sur les personnes concernées ou non par rapport à cette 'septaine', au même titre que les autres événements sportifs qui bénéficient de genre d’exemptions. Nous sommes en attente de tout cela. Mais cela concerne des matchs qui auront lieu d’ici fin février. On va continuer à travailler avec les autorités françaises."

Certains craignent pourtant que la compétition ne soit malgré tout annulée ou reportée. "Nous faisons tout pour que cela n’arrive pas", a indiqué Morel. Pourrait-il y avoir un plan B? Un report? "On ne l’envisage pas à l’heure actuelle". Et pourquoi ne pas disputer l’ensemble de la compétition sur un seul et même lieu comme l’a proposé le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti à la Fédération Française? "Cela a été évoqué par certains mais il n’en a jamais été vraiment question, souligne Morel. D’un point de vue protocole et sécurité, chaque Fédération a son propre camp d’entraînement sécurisé, mais aussi des engagements commerciaux en terme de visibilité de stades, etc… En plus, ce qui est important dans le Tournoi des VI Nations, c’est qu’il y a des matchs à Cardiff, Dublin, etc… Si nous sommes capables d’organiser cela de manière totalement sécurisée, faisons-le comme ça. Tout autre option peut toujours être envisagée en fonction des contraintes futures. Mais pour l’instant, nous sommes très concentrés sur l’organisation telle qu’est prévue aujourd’hui."

Jean-François Paturaud