RMC Sport

XV de France : le changement, c’est maintenant ?

Philippe Saint-André

Philippe Saint-André - -

Regroupé après une Tournée d’automne délicate, le XV de France apprécie la bonne humeur de ses entraineurs et la décontraction de PSA en particulier, à l’approche du début du Tournoi des VI Nations, samedi contre l’Angleterre. Un tournant ?

« Sur la semaine de stage c’est vrai qu’ils étaient beaucoup plus détendus. » La sortie est de Brice Dulin, l’arrière du XV de France, à propos de ses coaches. Après une année 2013 catastrophique (8 défaites, 2 victoires, 1 nul) dont une tournée d’automne encore marquée par deux revers en trois rencontres, Philippe Saint-André et ses adjoints ont retrouvé leur groupe, le 20 janvier à Canet-en-Roussillon (Pyrénnées-Orientales) avec un nouvel état d’esprit.

Quelques jours seulement après le décès d’un cancer de l’œsophage de son père Serge, le 29 décembre dernier, Philippe Saint-André semble vouloir aller de l’avant. Parfois jugé taciturne, le sélectionneur se montre plus ouvert et placide que par le passé. « On a eu un début de semaine, pas décontracté, mais tout le monde pouvait avoir le sourire tout en étant concentré. Ca amène une force dans le groupe où l’on sait qu’on peut travailler tout en étant détendu sans avoir de pression particulière », se réjouit Dulin. 

Rendre la pareille au staff

S’il se montre plus mesuré, Yoann Huget, note toutefois également une évolution et souligne l’allant et la volonté du staff d’entourer le groupe du mieux possible : « Il y a eu un petit peu de changement mais ce n’est pas flagrant non plus. Il faut juste qu’on prenne conscience, nous les joueurs, du confort dans lequel le staff essaye de nous mettre pour aller de l’avant sur ce Tournoi. »

Un Tournoi que les Tricolores entameront samedi au Stade de France contre l’Angleterre, un match au cours duquel la bande à Pascal Papé tentera de rendre la pareille à son staff comme l’explique le troisième ligne aile, Yannick Nyanga : «L’énergie et l’optimisme doivent venir des joueurs en premier lieu. C’est ce qu’on fait sur le terrain qui va donner le sourire ou pas. Ce n’est pas dans les stages, même si la vie de groupe est importante, mais c’est ce qu’on va faire sur le terrain qui est le plus important. On ne doit avoir que ça dans la tête, être bon samedi et gagner ce match tout simplement. » Nul doute qu’avec un succès contre le XV de la Rose, les sourires seront toujours de mise la semaine prochaine à Marcoussis.

A lire aussi :

>> Quel XV contre l’Angleterre ?

>> Dusautoir et Guitoune vont manquer le tournoi

>> Chabal : « Les Anglais sont en avance »

Jérémy Bilinski avec LD