RMC Sport

Michalak, un nouveau départ ?

Frédéric Michalak

Frédéric Michalak - -

En fin de contrat avec son club de cœur, le Toulousain aux 54 sélections sous le maillot du XV de France devrait une nouvelle fois quitter la Ville Rose cet été. Les points de chute éventuels sont nombreux.

Une deuxième rupture se profile entre Frédéric Michalak et le Stade Toulousain. L’ex-enfant prodige, qui était parti vivre une nouvelle aventure en Afrique du Sud lors de la saison 2007-2008 avant de revenir, s’apprête à refaire ses valises. Définitivement ? En fin de contrat au mois de juin, il n’a toujours pas donné son accord pour une prolongation. Le leader du Top 14, qui jouera également les demi-finales de la H Cup le 30 avril chez les Irlandais du Leinster, a posé une condition. Que l’international français (54 sélections), souvent blessé mais qui conserve une bonne cote, joue uniquement demi de mêlée.

Une exigence qui ne lui a pas plu. Selon nos informations, il n'est pas non plus satisfait de l’offre sur le plan financier. A 28 ans, il a donc décidé de prendre son temps. Ce que le Stade Toulousain n’apprécie que modérément. « On a dû avancer, on ne pouvait pas rester le bec dans l'eau, explique son président, René Bouscatel. Nous respectons profondément Frédéric Michalak, mais la balle est dans son camp. Nous ne pourrons pas attendre trop longtemps. »

Bayonne, Biarritz ou l’hémisphère Sud ?

Et le champion d’Europe en titre est passé des paroles aux actes. Il a officialisé ce mercredi les arrivées de l’Australien Luke Burgess (32 sélections) à la mêlée ainsi que du Néo-Zélandais Luke McAlister (30 sélections) et du Parisien Lionel Beauxis à l’ouverture (15 sélections). Avec les jeunes Nicolas Bézy et Jean-Marc Doussain, qui ont prolongé, et le numéro 9 argentin Nicolas Vergallo, six joueurs peuvent donc se partager les deux postes de la charnière.

Si son horizon toulousain apparaît bouché, il pourrait rester en Top 14. Bayonne, où son coéquipier actuel Byron Kelleher a déjà signé, et surtout Biarritz, où Serge Blanco n'a jamais caché son intérêt, sont entrés en contact avec lui. Comme Lyon, leader de Pro D2, mais qui ne semble pas l’avoir convaincu. A l’étranger, un club anglais et deux franchises de l’hémisphère Sud (une sud-africaine et les Melbourne Rebels), sont sur le coup. En quittant la France et l’Europe, il éviterait de croiser avec un autre maillot son club de cœur. Et comme il a gardé un excellent souvenir de son passage aux Sharks…

LP avec WT