RMC Sport

Vers une dissociation des sanctions ?

Le flanker de Clermont, Alexandre Audebert, pourrait voir sa suspension de huit semaines réduite par la Ligue Nationale. Et cela contre l’avis européen ! C’est un pas vers la dissociation des sanctions dans le rugby.

Alexandre Audebert a été condamné à huit semaines de suspension par l’ERC (European Rugby Cup) après le match de Coupe d’Europe, Clermont-Munster, le 13 janvier dernier. Le troisième ligne aile de Clermont a en effet eu un mauvais geste envers l’irlandais Ronan O’Gara.

Seulement en rugby, quand un joueur est suspendu, la sanction s’applique à toutes les compétitions (championnat, Coupe d’Europe, sélection nationale, etc.). Audebert est donc aussi privé de tous les matchs du championnat français pendant deux mois. C’est une "double sanction" pour le syndicat des joueurs de rugby professionnels français Provale.

En appel la semaine dernière, l’ERC a confirmé la sanction du Français, alors qu’elle a réduite de huit à quatre semaines la suspension de l’irlandais Jerry Flannery, pourtant coupable d’une geste similaire sur Julien Bonnaire.

La commission de discipline de la Ligue Nationale de Rugby n’a pas compris cette décision et a entendu hier Alexandre Audebert. Selon nos informations, celle-ci pourrait réduire la suspension de huit semaines du Français, et autoriser le Clermontois à jouer en Top 14 contre l'avis européen.

C’est un pas vers la dissociation des sanctions dans le rugby. Une petite révolution.

Lièvremont et Lhermet pour une dissociation des sanctions

Jean-Marc Lhermet, le manager général de l’ASM Clermont Auvergne, plaide comme la Ligue Nationale pour une dissociation des sanctions : « Ce sont deux compétitions complètement différentes. Le rugby reste le seul sport qui pratique ce genre de choses. Que ce soit en foot ou en basket par exemple, il y a dissociation des sanctions. Nous, on demande la même chose. On se dit qu’Alex (Audebert) ne mérite pas d’être sanctionné en championnat pour une faute qu’il a commise en Coupe d’Europe. »

Les partisans de la dissociation ont de plus trouvé un nouvel allié en la personne de Marc Lièvremont. L’entraîneur du XV de France a en effet déclaré hier : « Ce serait logique. Cela me paraît cohérent. Les clubs sont déjà suffisamment pénalisés par les allers-retours de leurs joueurs en sélection nationale. En plus de perdre un joueur sur blessure, les clubs peuvent aussi le perdre pour une suspension en équipe nationale. Il faut que ça s’arrête. »

La rédaction