RMC Sport

VIDEO. "On ne peut rien déduire des perquisitions", assure l'avocat de Bernard Laporte

Une opération de police a eu lieu ce mardi matin au siège de la FFR, ainsi que chez Bernard Laporte et Mohed Altrad. Contacté par RMC Sport, l'avocat du président de la Fédération française de rugby assure que c'est une étape tout à fait normale dans le cadre de l'enquête ouverte par le Parquet national financier.

L'enquête est bien ouverte dans le cadre de "l'affaire Laporte". Des perquisitions ont eu lieu ce mardi matin au siège de la FFR à Marcoussis, ainsi que chez Bernard Laporte et Mohed Altrad. Rien d'étonnant pour Jean-Pierre Versini-Campinchi, l'avocat du président de la Fédération française de rugby, suite à l'ouverture de l'enquête par le Parquet national financier.

"La police s'est mise en branle"

"En matière d'enquête financière, les perquisitions interviennent toujours, explique Me Versini-Campinchi. C'est le passage obligé de toute enquête de police en cette matière. C'est suivi ensuite par des interrogations des personnes et des témoins. Donc les perquisitions en elles-mêmes n'ont aucune autre signification que de dire que la police s'est mise en branle après deux mois, ce qui est normal car elle a autre chose à faire, et qu'elle a commencé son enquête. On ne peut absolument rien en déduire, et surtout pas une responsabilité pénale de quiconque."

A lire aussi >> FFR: Perquisition à Marcoussis, chez Laporte et Altrad

AA avec Jean-François Paturaud