RMC Sport

XV de France : Après les progrès, les résultats ?

Le XV de France à l'entraînement

Le XV de France à l'entraînement - -

A quelques jours d’un nouveau test-match face aux Tonga, samedi au Havre (18h), le XV de France veut confirmer les progrès entrevus face aux Blacks. Mais, surtout, retrouver une victoire qui les fuit depuis le début de l’année.

Ce n’est encore qu’un léger frémissement. Le grand frisson attendra. Le Stade de France, d’habitude si atone, s’est même mis à vibrer. Samedi dernier, le XV de France s’est incliné contre la Nouvelle-Zélande (19-26). Sans toutefois démériter face à la meilleure nation du monde. De cette rencontre, où la France a su enfin élever son niveau de jeu, la majorité des observateurs n’en garde que du positif. A commencer par le principal concerné, Philippe Saint-André. Le sélectionneur préfère capitaliser sur les bienfaits de la défaite plutôt que de la ressasser sans cesse. « Dans le contenu, on a rivalisé avec la meilleure équipe du monde, glisse-t-il. C’est pour ça qu’on est extrêmement déçu. Parce qu’on s’était préparé, non pas à jouer les Néo-Zélandais, mais à les battre ».

Du progrès, c’est une évidence. Les certitudes, elles, n’en sont qu’aux prémices. La faute à une année 2013 au bilan comptable noir (7 défaites, 1 nul, 1 victoire). Un constat terrible, mais qu’il convient d’atténuer puisque les Bleus ont affronté à quatre reprises les Blacks. « On a ce goût amer dans la bouche. Il faut maintenant retrouver la victoire, parce que ça fait longtemps qu’on n’a pas gagné, plaide PSA. Les statistiques ne sont pas bonnes. Je les assume. On va continuer et on va gagner des matchs. On est sur la bonne voie ». Le caractère, l’envie et la cohésion retrouvée, ce sont sur ces vertus que la France souhaite surfer pour montrer que l’élan aperçu à Saint-Denis n’avait rien d’un sursaut fugace.

Les Tonga, un mauvais souvenir

Ne reste plus, désormais, qu’à le mettre en pratique dès ce samedi contre les Tonga, au Havre. Une équipe qui fait figure de véritable test, d’autant que l’archipel de Polynésie ne rappelle que de mauvais souvenirs aux Tricolores. A la Coupe du monde 2011, les Tongiens l’avaient emporté (19-14) lors du dernier match de poule. Depuis cette déconvenue, il ne reste plus qu’une poignée de Français. « Sur les 30 joueurs retenus, il n’y a seulement que quatre ou cinq joueurs qui avaient joué contre les Tonga. C’est une équipe qui arrive toujours à se sublimer contre les grandes nations. On est averti en tout cas et on ne peut pas passer à côté, ce serait une faute professionnelle », rappelle le 2e ligne Pascal Papé.

La prudence est de rigueur car les Français connaissent leurs adversaires. Se confronter aux Tongiens revient à relever un défi physique où les duels se voudront âpres et tendus, comme le reconnaît le 3e ligne Antonie Claassen. « C’est une équipe très costaud, il y a pas mal de joueurs qui jouent en France et qui veulent montrer ce qu’ils peuvent faire. Surtout devant, mais derrière aussi. Il y a des missiles, des mecs très costauds qui vont proposer un vrai défi physique ». Et Papé de corroborer : « Leur point fort, c’est la densité physique. Je vous rappelle qu’à la Coupe du Monde (défaite 19-14 en poules, ndlr), c’est vraiment là où ils nous avaient pris, dans la densité physique, dans l’agressivité. C’est leur fonds de commerce, ils font ça depuis toujours, un peu comme les Samoa donc on sait à quoi s’attendre ». Aux hommes de Saint-André de tenir leur rang. Et quoi de mieux que de repartir de l’avant dans la ville du Havre, berceau du rugby français.

Lire aussi:
>> Papé : « Pas le droit de passer au travers »

>> Michalak a-t-il encore sa place chez les Bleus ? 

>> Les motifs d'espoir de Saint-André

R.D.