RMC Sport

XV de France : Ça a chauffé pour les Bleus

Philippe Saint-André et son groupe

Philippe Saint-André et son groupe - -

Philippe Saint-André a réservé une séance vidéo musclée à ses joueurs après la défaite en Italie (23-18), dimanche. Un moyen de piquer l’orgueil d’un groupe qui conserve malgré tout sa confiance, puisqu’il a été reconduit pour affronter le pays de Galles.

A la question, lundi, de savoir s’il allait changer son discours auprès des joueurs après la défaite en Italie la veille (23-18), Philippe Saint-André avait sèchement répondu : « Laissez-moi leur parler, je vous le dirai après ». Ce sont finalement les intéressés qui ont témoigné ce mercredi. Et visiblement, le ton a changé lors de la séance vidéo qui a suivi l’échec à Rome. « Le débrief a été difficile pour nous, explique Fulgence Ouedraogo. A chaque entraînement, le discours est assez musclé et est porté sur un esprit de révolte. » Le sélectionneur ne manque pas une occasion de piquer l’orgueil des joueurs… qui s’attendaient à une telle réaction. « Ça a été chaud mais à Toulon, j’en ai connu des beaucoup plus chaudes, sourit Mathieu Bastareaud. C’était un lendemain de défaite… normal. Il n’était pas content et c’est compréhensible. »

Les visages des Bleus se sont pourtant crispés en début de semaine. Rappelé pour pallier le forfait de Pascal Papé, Jocelino Suta l’a bien remarqué. « Ça change par rapport au mois de novembre, les visages étaient plus tendus, reconnaît le deuxième ligne. Mais ils commencent à se détendre à l’approche du match. Les mecs veulent tous se rattraper. » Emoussés mentalement et fatigués par l’enchaînement des matchs, les Français ne s’épuiseront pas davantage puisqu’aucun entraînement intensif n’a été programmé cette semaine avant la réception du pays de Galles, samedi. Autant dire que le degré d’application est particulièrement scruté lors des séances au programme. Surtout avant l'annonce, ce jeudi à 9h30, du XV de départ pour le match face au pays de Galles samedi (18h).

Bastareaud : « Il ne fallait pas s’attendre à ce qu’il nous prenne dans ses bras »

La reconduction de la quasi-totalité du groupe vaincu par l’Italie (à l’exception de Pascal Papé) par PSA autorise encore moins le droit à l’erreur. « Il refait confiance au groupe et on n’a pas envie de le décevoir, promet Wesley Fofana. Je ne suis pas sûr qu’on aura encore beaucoup de chances. » « Il nous met face à nos responsabilités, poursuit Ouedraogo. On a un rendez-vous samedi qui déterminera la suite de l’histoire de ce groupe. Ce coup-ci, il ne faudra pas se louper. » L’alchimie créée lors des tests automnaux dépend maintenant de la capacité de réaction du XV de France. « On est des compétiteurs, on n’a pas besoin de ça pour être piqués au vif », assure, lui, Yoann Maestri.

Pour certains, comme Maxime Machenaud, une place de titulaire pourrait quand même être remise en cause au Stade de France. « On s’est fait taper sur les doigts parce qu’on n’a pas fait les efforts nécessaires pour gagner un match de très haut niveau, rapporte le demi de mêlée du Racing-Métro. On a perdu 16 ballons au contact. C’était assez musclé. » Les mots semblent avoir fait leur petit effet. « C’était un entraîneur déçu et frustré. Il ne va pas avoir la banane après un match comme ça, conclut Bastareaud. Forcément, il se pose des questions comme tout le monde. Il ne fallait pas s’attendre à ce qu’il nous prenne dans ses bras. » Un succès face au pays de Galles pourrait en revanche favoriser le retour des accolades.

Nicolas Couet avec Julien Richard et Pierrick Taisne