RMC Sport

XV de France : Dusautoir, soldat en sursis

Thierry Dusautoir

Thierry Dusautoir - -

Thierry Dusautoir, ancien capitaine des Bleus redevenu simple soldat, n’est pas encore certain d’affronter l’Italie, dimanche (16h), en raison des incertitudes planant sur Picamoles et Ouedraogo. Le 3e ligne patiente sans cacher son plaisir de retrouver Marcoussis.

Pour l’instant, il est toujours là. Lundi, le nom de Thierry Dusautoir est bien apparu dans la liste des 24 joueurs retenus par Philippe Saint-André pour affronter l’Italie, dimanche (16h) à Rome. Mais la présence du Toulousain dans la capitale italienne ne sera actée (ou non) que mercredi soir à l’issue d’un énième entraînement collectif. Car deux incertitudes planent sur les participations de deux troisièmes lignes, Louis Picamoles (cuisse) et Fulgence Ouedraogo (cheville). Et PSA a été clair : sur les cinq candidats au poste, un rentrera dans son club. Il y a un an, la présence de Dusautoir, alors capitaine, dans le groupe ne se serait pas posée. Mais son absence lors des deux tournées en juin et en novembre a précipité la perte de son capitanat en faveur de Pascal Papé.

Un changement de statut ressenti par l’intéressé lundi, lors de la séance d’opposition. « Il a fallu que je m’exprime au maximum, même si je ne trichais pas avant, raconte-t-il. Avant, j’avais ce talisman avec le capitanat. Ça fait penser au jeu télévisé car j’étais protégé de l’élimination, j’avais l’immunité (clin d’œil au jeu Koh Lanta, ndlr). Je me suis donné à fond, je ne voulais rien regretter et quoi qu’il arrive, je ne regretterai rien et c’est le plus important. » Pour le moment, il a passé le cut. Mais c’est avec une certaine impatience qu’il attend la nouvelle du staff mercredi. « Quand on est capitaine, il y a une pression différente. On a la charge de l’équipe mais on est assuré d’être dans le groupe, poursuit-il. On sait qu’on jouera le match sauf blessure. En tant que simple joueur, il faut se bagarrer pour être présent la fois suivante. »

Saint-André : « Il est affamé »

S’il n’a plus la froideur du leader lorsqu’il se balade dans les couloirs de Marcoussis, il savoure sincèrement son retour dans le groupe comme un contraste au visage fermé qu’il affichait lorsqu’il portait le brassard. « Je suis content d’être là, de profiter des entraînements et de cette atmosphère », assure-t-il. Visiblement, le staff l’a aussi remarqué : « Sur les trois jours, il nous a démontré qu’il revenait en forme et qu’il était affamé », a commenté le sélectionneur qui prévient tout de suite que cela n’assure pas pour autant sa place dans le groupe. Car PSA aime privilégier la continuité et pourrait reconduire les quatre mêmes troisièmes lignes qui ont participé à la victorieuse tournée d’automne (Nyanga, Picamoles, Ouedraogo, Chouly). Sauf forfait évidemment. « Je ne suis pas encore sûr d’y être mais je ne suis pas rentré chez moi non plus, positive le meilleur joueur du monde en 2011. Ça veut dire que je suis encore dans la course. »

Nicolas Couet avec Pierrick Taisne et Julien Richard