RMC Sport
en direct

EN DIRECT – Procès Mendy : le juge résume la version des faits donnée par Mendy à la police

Benjamin Mendy

Benjamin Mendy - AFP

Débuté au moins d'août, le procès du champion du monde 2018 Benjamin Mendy et de son co-accusé Louis Saha Matturie continue au tribunal de Chester. L’arrière gauche de 28 ans doit répondre de sept viols, une tentative de viol et une agression sexuelle. Les deux co-accusés nient toutes les accusations.

Reprise du procès ce lundi 5 décembre

Le procès reprendra lundi, à partir de 11h30, au tribunal de Chester.

Le juge résume la version des faits donnée par Mendy à la police

Ce vendredi, la matinée et le début de l'après-midi ont été consacrés à Louis Saha Matturie et aux accusations de viol de trois plaignantes, le concernant uniquement lui, et pas Benjamin Mendy. Le juge Everett s'est contenté de faire un rappel des déclarations des différentes parties.

Le juge a ensuite fait un "résumé personnel" des différentes déclarations préparées et faites à la police par les deux accusés, Benjamin Mendy et Louis Saha Matturie, présents au tribunal de Chester ce vendredi. Concernant le footballeur, le juge déroule, pour chacun des faits reprochés à Mendy, la version donnée par le Français, qui nie l'intégralité des faits et indique qu'il s'agissait de rapports sexuels consentis.

Pour conclure cette journée, le juge détaille l'ensemble des éléments dont disposent les jurés pour prendre une décision et laisse quelques minutes à tout le monde pour en prendre connaissance et poser d'éventuelles questions. Il rappelle ensuite aux jurés les différentes questions qu'ils doivent se poser pour déterminer la culpabilité, ou non, des accusés.

La suite du cas des 4e et 6e plaignantes

Après un listing des preuves présentées par les différentes parties autour du cas de la "Woman Four" et de la "Woman Six", le procès est ajourné pour la pause déjeuner.

La reprise est prévue plus tard dans la journée.

Reprise du procès Mendy jeudi matin

Après avoir été ajourné mercredi soir après un rappel des versions des différentes parties et un récapitulatif des preuves sur les quatre premiers cas (de "Woman One à Woman Four"), le procès de Benjamin Mendy a repris ce jeudi matin au tribunal de Chester. A l'ordre du jour, la suite des rappels et récapitulatifs concernant les autres plaignantes.

A noter qu'Eleanor Laws, avocate principale de Benjamin Mendy, est retenue pour d'autres obligations professionnelles. Elle assistera aux échanges en visio.

Le cas de la "Woman Four" insiste sur le consentement et son absence

Comme c'est également le cas pour les plaignantes précédentes, la bataille judiciaire entre Benjamin Mendy et la "Woman Four" qu'il est acusé d'avoir violé en juillet 2021 porte sur l'absence ou non de consentement.

Les membres du jury ont droit à un récapitulatif de ce cas précis avec les versions de deux parties: Les avocats de la jeune femme assurent qu'elle a refusé de coucher avec le Français à plusieurs reprises au cours de la soirée.

La défense du footballeur assure que leur relation était consentie.

Les preuves sur le cas de la troisième plaignante étudiées

La journée de mercredi s'est poursuivie avec le rappel des versions de la défense et de l'accusation pour la "Woman Three" et le rappel des preuves dans ce dossier. Là encore, les différentes parties s'opposent sur l'existence ou l'absence de consentement entre Benjamin Mendy et son accusatrice.

Le juge a notamment rappelé que la jeune femme était resté faire la fête après son viol supposé, dansant même à proximité du footballeur pendant la soirée.

De la même manière, le juge précise aux jurés quelles sont les positions du Français ou de sa victime présumée concernant le déroulé des faits.

Une justification pour la confiscation d'un téléphone?

Concernant la deuxième victime présumée, qui insiste notamment sur la privation de son téléphone avant son viol, le clan Mendy rétorque que c'était une décision justifiée et assure encore une fois que la relation était consentie. Là encore, le juge et les avocats font un rappel de toutes les versions et des preuves existantes pour aider les jurés à statuer.

La "Woman Two" aurait ainsi montré des vidéos d'elle pratiquant une fellation selon les éléments relayés par le Manchester Evening News. Avant d'accepter une telle pratique avec le Français. Les avocats de la jeune femme ont rappelé qu'elle démentait cette informations.

La journée de mercredi consacrée aux preuves des premières plaignantes

Une par une, les avocats de la défense et ceux de l'accusation présentent chacune de leurs preuves.

En ce qui concerne la "Woman One", la première plaignante, la ligne de défense de Benjamin Mendy porte sur le consentement de la jeune femme qui "flirté" avec lui à la veille du viol supposé.

Une allégation que la victime présumée nie. Le juge a toutefois reconnu une "sorte d'alchimie sexuelle" entre le défenseur de Manchester City et la plaignante.

Plusieurs journées importantes avec le listing des preuves

Le procès pour viols de Benjamin Mendy et Louis Saha Matturie se poursuit donc cette semaine au tribunal de Chester. Mais jusqu'ici pas de gros bouleversement puisque les jurés entendent le juge et les avocats de toutes les parties résumer au cas par cas toutes les preuves apportées par les plaignantes ou par les co-accusés.

Si c'est un moment important du procès, il n'y a pas eu de grosse révélations.

Le procès est ajourné

Les débats reprendront lundi prochain au tribunal de Chester.

Comment le jury va-t-il trancher les accusations de la dixième plaignante ?

Après le rappel du témoignage de la dixième plaignante, le jury est informé des questions qu'ils devront poser quand ils se retireront pour rendre leur verdict sur cette accusation. La première question que les jurés devront se poser est la suivante: "Sommes-nous sûrs que Benjamin Mendy a intentionnellement pénétré le vagin de la dixième plaignante ?"

La deuxième question est: "Etes-vous sûr que la dixième plaignante n'était pas consentante ?" Si la réponse est non, le verdict sera non coupable. Si la réponse est oui, la troisième question est "Êtes-vous sûr que Benjamin Mendy n'a pas raisonnablement cru que la dixième plaignante était consentante ?" S'ils ne sont pas sûrs, le verdict sera non coupable, s'ils sont sûrs, le verdict sera coupable, détaille le juge.

Les jurés devront se poser les mêmes questions pour Matturie dans le cadre des accusations de la 10e et 11e plaignante, qui l'accusent toutes les deux de viol.

Le procès se poursuit ce mercredi avec des rappels des faits

Comme rapporté par le Manchester Evening News, le juge rappelle aux jurés les preuves concernant la dixième plaignante. Elle assure avoir été violée deux fois par Mendy et Matturie à la même occasion en août de l'année dernière.

L'accusatrice affirme qu'elle a été violée vaginalement et oralement par Mendy dans un bureau de son domicile dans le Cheshire. Elle indique également avoir été violée par Matturie dans la salle de cinéma du domicile de Mendy, ainsi que dans un appartement à Manchester. Les deux co-accusés nient tous les deux ces allégations, affirmant avoir bien eux des relations sexuelles mais que celles-ci étaient consenties.

Le juge rappelle ensuite aux jurés les accusations de la onzième plaignante, qui affirme avoir été violée par Matturie en août 2021.

Matturie l'aurait conduite dans un magasin près du domicile de Mendy pour acheter de la vodka et, alors qu'elle s'est endormie pendant le trajet, elle a été réveillée par Matturie qui rabattait le siège de la voiture après s'être arrêté sur une route secondaire.

Elle confie avoir été trop effrayée pour faire quoi que ce soit et a fait semblant de dormir lors qu'elle aurait prétendument été violée par Matturie. Ce dernier nie ces allégations. Il affirme qu'elle a été "l'instigatrice" du contact sexuel et qu'elle lui a fait une fellation. Il affirme qu'ils se sont arrêtés sur le parking d'un magasin, et non sur une route secondaire, et qu'ils ont eu de brefs rapports sexuels consentis.

Des témoignages "criblés d'incohérences et de failles"

Lisa Wilding dénonce des preuves "criblées d'incohérences et de failles": "Je suggère que tous les plaignants dans cette affaire ont fourni des preuves qui présentent à la base des imperfections".

Silence ne vaut pas culpabilité, selon l'avocate de Matturie

Lisa Wilding affirme que Matturie a "le droit de ne pas témoigner". "Le fait qu'il n'ait pas témoigné ne peut pas en soi prouver sa culpabilité, évidemment." Matturie a parlé à la police au cours de plusieurs entretiens, qui ont duré "des heures et des heures" affirme-t-elle. Elle demande aux jurés de se mettre à la place de l'accusé: "Vous pouvez imaginer que toute personne à sa place se dirait 'ça ne sert à rien, ça n'empêche pas les filles de mentir."

L'avocate de Matturie charge les médias

Prenant l'exemple des accusations portées à la connaissance du jury par la 13e plaignante, lesquelles ne constituent pas un viol pour le procureur Timoty Cray, Lisa Wilding soutient que la jeune femme a été influencée par les reportages des médias: "Elle était tout à fait incapable de décrire le moindre détail.

L'avocate de Matturie poursuit sa contre-attaque

Cette fois-ci, c'est le témoignage de la douzième plaignante qui est ébranlé. Dans son récit, la femme en question prétend avoir été violée par Matturie en 2016. L'avocate de ce dernier souligne qu'elle n'a fait connaître son témoignage que cinq ans plus tardet et qu'à partir de 2020 environ, elle "traînait régulièrement avec lui lors de fêtes". Lisa Wilding se demande "si cela est cohérent avec une personne qui prétend avoir été agressée sexuellement". "Est-ce que c'est ce que vous feriez ?", demande-t-elle aux jurés.

L'avocate de Matturie remet en cause un témoignage

Me Wilding s'attaque aux fondements du témoignage de la cinquième plaignante, laquelle prétend avoir été violée par Matturie en mars 2021.

L'avocate de Matturie indique que la cinquième plaignante est "la parfaite illustration des dangers de l'alcool".

"Son témoignage est truffé d'exemples clairs où elle ne se souvient tout simplement pas des événements, assène-t-elle. Ce que je vais suggérer, c'est que vous ne pouvez pas être sûr que l'activité sexuelle qui a eu lieu entre M. Matturie et elle n'a pas été faite sans qu'elle donne toutes les indications qu'elle était consentante. Au nom de M. Matturie, nous soutenons qu'il ne s'agit pas d'un cas où elle n'a pas consenti, mais elle ne peut tout simplement pas se souvenir qu'elle a consenti."

Le procès a repris dans la matinée

Ce mardi, le jury continue d'entendre Lisa Wilding KC, l'avocate de Louis Saha Matturie (aucun lien avec l'ex-footballeur professionnel Louis Saha).

L'avocate de Matturie continue de remettre en cause les accusations à l'encontre de son client

Lisa Wilding passe maintenant à l'allégation de la cinquième plaignante, qui affirme avoir été agressée sexuellement par Matturie. "Elle aussi est une personne dont le récit est intrinsèquement peu fiable, indique l'avocate. Elle a, faute d'une meilleure expression, sauté dans le train en marche. Pour quelle raison, elle seule le sait."

"Elle avait des étoiles dans les yeux", l'avocate de Matturie s'attaque aux accusations de la dixième plaignante

Lisa Wilding affirme que, le lendemain du viol présumé de la dixième plaignante par Matturie, elle lui a envoyé un texto pour lui demander le numéro de Jack Grealish. "Elle avait des étoiles dans les yeux ce soir-là pour certains des invités à la fête. Encore une fois, je ne critique pas son histoire sexuelle. Mais il est tout à fait clair que je suggère que ce qu'elle a décrit avec M. Matturie n'était pas un viol."

L'avocate de Matturie dénonce les "connexions" entre les plaignantes

Pour Lisa Wilding, il y a "une toile d'araignées de connexion" entre les plaignantes dans cette affaire. Elle s'appuie sur des "similitudes" dans de nombreux récits. Elle revient sur l'une des plaignantes. Les jurés ont appris qu'elle n'avait pas dit à la police qu'elle avait eu des rapports sexuels consentis avec trois hommes dont Benjamin Mendy et Jack Grealish. L'avocate indique qu'elle a dit à la police qu'elle n'a pas estimé cela "pertinent." "Je vous laisse juger de ce qui est pertinent", a-t-elle alors lancé aux jurés.

Place à la plaidoirie de l'avocate de Louis Saha Matturie

Pour rappel, Louis Saha Matturie (sans rapport avec l'ancien footballeur Louis Saha), est poursuivi de son côté pour six viols et trois agressions sexuelles. Son avocate, Lisa Wilding, a débuté son plaidoyer, en revenant sur l'une des femmes pour qui avait accusé Mendy et Matturie de viol avant que les charges ne soient finalement abandonnées au mois de septembre. "C'était un tissu de mensonges. Vous, les jurés, on vous a menti", a-t-elle déclaré ajoutant que cette femme n'était pas la seule à avoir menti.

Bonjour à tous

Débuté au moins d'août, le procès du champion du monde 2018, le défenseur français de Manchester City Benjamin Mendy et son co-accusé Louis Saha Matturie continue au tribunal de Chester. L’arrière gauche de 28 ans doit répondre de sept viols, une tentative de viol et une agression sexuelle. Les deux co-accusés nient toutes les accusations. La semaine passée, le procureur a qualifié l'ancien joueur de l'OM de "prédateur" et de "violeur en série".

RMC Sport