RMC Sport

Baseball: La malédiction vraiment brisée, les Red Sox remportent les World Series

La joie des Boston Red Sox

La joie des Boston Red Sox - AFP

C'est le 4e titre de Boston depuis 2004.

Une finale à sens unique. Les Boston Red Sox ont surclassé les Dodgers de Los Angeles pour enlever dimanche les World Series, la finale de la Ligue majeure de baseball (MLB), pour la quatrième fois depuis 2004.

Les Red Sox se sont imposés quatre victoires à une et ont remporté la quatrième victoire décisive sur le score de 5 à 1 au Dodger Stadium, le stade de la franchise californienne.

Ils comptent désormais à leur palmarès neuf éditions des World Series, ce qui en fait la troisième équipe la plus titrée de l'histoire, à égalité avec les Oakland Athletics, mais encore loin des 27 titres de leurs grands rivaux des New York Yankees.

Les Red Sox, dont le précédent sacre datait de 2013, avaient déjà dominé la saison régulière avec 108 victoires en 162 matches, nouveau record dans leur histoire.

Ils ont poursuivi sur leur lancée en play-offs en dominant successivement les Yankees (3-1), les Houston Astros, champions en titre (4-1), et enfin les Dodgers.

Steve Pearce: "le rêve de toute une vie"

Lors du match N.5, ils ont frappé quatre home-runs dont deux par Steve Pearce, élu meilleur joueur de la finale 2018.

"Ce titre est le résultat d'un long parcours, c'est le rêve de toute une vie", a expliqué Pearce qui a rejoint fin juin les Red Sox, sa septième équipe en onze saisons.

Le triomphe de Boston est aussi celui de son manager, Alex Cora, ancien joueur des Dodgers, nommé à la tête des Red Sox à la surprise générale il y a un an, à seulement 42 ans et sans aucune expérience préalable.

"Il a réussi à créer un sacré état d'esprit au sein de ce groupe, je n'ai jamais pris autant de plaisir", a insisté Pearce.

Deuxième défaite d'affilée dans les World Series pour les Dodgers

Les Dodgers, eux, se sont inclinés pour la deuxième année consécutive en finale (4-3 contre Houston en 2017).

Leur palmarès reste bloqué à six titres, le dernier remontant à 1988 et cette nouvelle désillusion jette une ombre sur les carrières de l'entraîneur Dave Roberts et du lanceur-vedette Clayton Kershaw.

"On reviendra et la saison prochaine, on gagnera, tout pointe dans la bonne direction: la philosophie de l'équipe, les joueurs...", a assuré Roberts, conspué par une partie du public avant le coup d'envoi de la rencontre de dimanche.

Kershaw a lui peut-être disputé son dernier match sous le maillot des Dodgers: à 30 ans, il dispose d'une option pour résilier son contrat et tenter de remporter, enfin, le titre suprême ailleurs.

PK avec AFP