RMC Sport

Amodio n’y arrive pas

Florent Amodio

Florent Amodio - -

Cinquième du Trophée Bompard ce samedi, le jeune Français a confirmé ses difficultés automnales. Une déception qui n’altère pas ses ambitions pour la suite de la saison, avec les championnats du monde de Nice (26 mars au 1er avril) en point de mire.

Chez les sportifs, l’année de la confirmation est réputée pour être la plus dure. Pour Florent Amodio, l’adage semble une nouvelle fois se vérifier. Champion d’Europe la saison dernière pour sa première année chez les seniors, le natif de Sobral, au Brésil, peine depuis la reprise. Neuvième du Skate America en octobre dernier après deux programmes manqués, le Français avait à cœur de se rattraper lors du Trophée Bompard. Devant le public du Palais omnisports de Paris-Bercy, il a pourtant déçu.

Cinquième du programme court vendredi, Amodio a hypothéqué ses chances de podium dès les premières secondes du programme libre ce samedi à cause d’une chute sur un quadruple Salchow. Finalement cinquième d’un classement général remporté par le Canadien Patrick Chan (240,60 points), le patineur de 21 ans (201,34 points) tire malgré tout du positif de cette épreuve française de Coupe du monde. « C’est dans l’esprit des trois semaines qui se sont passées à trimer à l’entraînement, analyse-t-il. On avance. C’est dur car je donne tout à l’entraînement mais ça va encore me renforcer. C’est vrai que j’ai un début d’année difficile. Le Bompard n’était pas facile ce week-end mais je me suis retrouvé et on va avancer. »

« Je serai le meilleur un jour »

Sous les yeux de Nikolai Morozov, son entraîneur russe, le Français a confirmé ses difficultés à gérer son statut de meilleur patineur d’Europe mais ne cache toutefois pas ses ambitions pour les prochaines échéances de la saison, au premier rang desquels les championnats du monde à Nice (26 mars au 1er avril). « Il faut que j’arrive à gérer ce côté que je n’avais pas avant, concède-t-il. (…) Si on doit passer par des programmes qui ne sont pas excellents, on en passera par là. A Nice, il faudra être au top. » Touché et agacé par certaines critiques qui ont entouré son début de saison, Amodio donne en tout cas rendez-vous : « Je serai le meilleur un jour, c’est sûr et certain. »