RMC Sport

Fourcade : « Mon aventure ne s’arrête pas là »

Martin Fourcade

Martin Fourcade - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Deuxième ce dimanche lors de la poursuite de Kontiolahti (Finlande), Martin Fourcade a remporté son troisième gros globe de cristal consécutif. Le double champion olympique, qui compte s’aligner en ski de fond l’an prochain, ne veut pas en rester là.

Martin Fourcade, quel sentiment vous anime après avoir remporté pour la 3e fois la Coupe du monde ?

Je suis très heureux aujourd’hui car j’ai rempli tous mes objectifs de la saison. Même au-delà car le classement général n’était pas réellement un objectif. Je m’étais vraiment focalisé sur les Jeux Olympiques (deux médailles d’or, une en argent). Décrocher le gros globe de cristal dans ces conditions, en ayant fait des impasses sur des épreuves pour me préparer, c’est une grande fierté.

Vous avez prouvé qu'il était possible d'avoir deux objectifs différents sur une même saison...

En début de saison, il y avait tout le monde et spécialement les adversaires norvégiens, qui me disaient que ça serait impossible de gagner les deux. Ils me disaient qu’il fallait soit se focaliser sur les JO, soit se concentrer sur la Coupe du monde. Sans mettre de côté la Coupe du monde, je souhaitais vraiment préparer les Jeux Olympiques car c’était la seule chose qu’il me manquait. Gagner trois fois d’affilée le gros globe, ça n’était plus arrivé depuis Raphaël Poirée. C’est un bel honneur de lui succéder. C’est un petit clin d’œil pour le remercier car il a beaucoup apporté au biathlon français. Je ne sais pas si j’en serais là sans lui.

Comment s'est passé l'après Jeux Olympiques ?

Ce n’était pas simple. Dès qu’on est rentré de Sotchi, il y a eu trois jours à Paris pour faire un maximum de médias pour parler de notre exploit et partager ça avec le plus grand nombre. Deux petits jours à la maison en étant malade et c’était déjà reparti. C’était peu pour se reposer et surtout se refixer des objectifs. C’est ce qu’il me manquait au lendemain des Jeux Olympiques. J’avais tout gagné et il fallait savoir comment retrouver l’envie, comment arriver à se dépasser.

Et comment y êtes-vous parvenu ?

Je suis un compétiteur et je crois que c’est revenu naturellement. Ce globe de cristal m’a fait beaucoup de bien. Et je suis déjà en train de préparer la saison prochaine, où j’aurai des ambitions élevées. J’ai envie de faire des belles choses et je crois que mon aventure ne s’arrête pas aujourd’hui.

« Plein de choses me font encore envie »

Quand on a tout remporté, qu'est-ce qui peut encore vous faire envie ?

Il y a plein de choses. Il y a d’abord le défi du ski de fond. On en parle depuis plusieurs années et l’an prochain, je me consacrerai à ça. J’essayerai de doubler les deux Mondiaux et de devenir le premier athlète à remporter une médaille sur les deux championnats. Je pense que ça sera un objectif majeur. On en est encore loin, mais il reste du travail à faire. En tout cas, c’est l’objectif que j’ai envie de me fixer.

Comment allez-vous gérer les deux calendriers de ski de fond et biathlon ?

Je m’enlèverai des courses car l’objectif ne sera pas de remporter le classement général, mais plutôt d’être performant à chaque départ d’une course. Ce n’est pas du tout en faire moins, c’est en faire mieux.

Quel est désormais votre programme avant les vacances ?

Il reste les finales à Oslo, où je vais pouvoir aborder les courses sans aucune pression. J’aurai juste envie de bien faire et de marquer un maximum les courses. Ensuite, on aura les championnats du monde militaires. Puis je partirai pour deux semaines de compétition privée en Russie et après, on aura quelques semaines avec les sponsors avant de partir en vacances au soleil. Je vais beaucoup donner jusqu’au 25 avril. Je n’ai que 10 jours de vacances, avant de réattaquer l’entraînement. Je pense que pendant cette période, il ne faudra pas essayer de me joindre au téléphone (rires).

Il y a également une grosse fête qui s'annonce à Font-Romeu...

Il va y avoir une grosse fête à Font-Romeu à la mi-avril. On est en train d’organiser tout ça pour que ce soit le mieux possible pour tout le monde. Il faut vraiment que ça soit un bel évènement pour qu’on puisse fêter la saison comme il se doit. Ça sera un vrai plaisir de rentrer pour la première fois depuis les Jeux Olympiques à la maison et de partager ça avec des gens qui me suivent depuis très longtemps, bien avant que je commence à gagner des compétitions.

La rédaction