RMC Sport

M. et S. Fourcade : « Notre rêve a été exaucé »

Simon et Martin Fourcade

Simon et Martin Fourcade - -

Martin et Simon Fourcade ont réalisé un grand exploit dans le monde du sport le week-end dernier en terminant deuxième et troisième d’une épreuve de Coupe du Monde de biathlon. A têtes reposées, ils savourent cette performance. Avant de viser plus haut ?

La semaine passée, vous avez partagé votre premier podium. Est-ce une forme d’aboutissement de votre carrière ?

Martin Fourcade : Plus qu’un aboutissement, c’est un rêve qui se concrétise. J’espère que ce n’est pas le dernier. C’est beaucoup de bonheur partagé pour nous deux mais aussi pour les gens qui nous suivent depuis le début de notre carrière.
Simon Fourcade : C’est quelque chose qu’on avait dans un coin de notre tête depuis un moment. Réaliser un tel rêve, ça nous booste. On est encore plus motivé pour la suite de la saison.

Un mot sur votre podium commun samedi dernier à Nove Mesto (République tchèque) ?

M.F : Il nous fait énormément de bien et nous donne beaucoup de confiance. Mais on n’a pas forcément conscience de sa portée. Dès qu’on prend du recul, on s’aperçoit que réaliser un podium en Coupe du monde est une chose déjà fantastique, mais le réaliser ensemble c’est historique.
S.F : C’est formidable car ce n’est pas souvent que deux frères montent ensemble sur un podium. On voit les frères Schleck en cyclisme mais ça n’était jamais arrivé dans notre sport. C’est encore plus grand d’être deux et trois au classement général.

Le prochain objectif sera-t-il de faire 1er et 2e au général ?

M.F. : Notre rêve de réaliser un podium a été exaucé. Maintenant ce n’est que du bonus. Simon a très envie de gagner une épreuve. Si ce jour-là, je peux l’accompagner sur le podium, ça sera parfait.
S.F. : Pour Martin la première place est un réel objectif. Je ne suis pas parti dans la même ligne de conduite. Je ne pensais pas pouvoir réaliser de telles performances. Il n’y a que trois places sur le podium pour deux frères. Ce n’est vraiment pas facile de monter tous les deux sur la boîte.

Etre à la fois frères et adversaires, n’est-ce pas compliqué à gérer ?

M.F. : Ma relation avec Simon est très bonne. On n’est pas du tout affecté par le fait d’être adversaire. Au contraire, ça nous stimule. On peut s’entraider. L’un comme l’autre, on n’hésite pas à se faire progresser sur les entraînements. C’est un réel avantage même si sur les courses on ne se fait pas de cadeau.
S.F. : C’est une réelle force de pouvoir s’entendre aussi bien. Vivre ce genre de moments avec son frère est tout simplement incroyable. C’est fabuleux. Ça nous rend encore plus fort. Je me suis énormément inspiré de ce que Martin a fait, comme lui avec moi quand il a commencé le biathlon. J’ai mis ma fierté de côté en me disant que le petit frère pouvait être plus fort que le grand. Et je crois que ça porte ses fruits.