RMC Sport

Faut-il s’inquiéter pour Lamy Chappuis ?

Jason Lamy Chappuis

Jason Lamy Chappuis - -

Seizième lors de la dernière épreuve avant les Jeux, ce dimanche à Oberstdorf, Jason Lamy Chappuis a enchaîné sa sixième course sans podium. Une spirale négative qui inquiète forcément à 12 jours des JO. Mais « Jez » reste serein et bien concentré sur son objectif olympique.

Voir Jason Lamy Chappuis loin des podiums était inimaginable ces quatre dernières années, tant il enchaînait les victoires et dominait le monde du combiné nordique. Mais voilà, depuis un an, « Jez » a du plomb dans l’aile, comme en témoigne sa 16e place, ce dimanche à Oberstdorf, sur la dernière épreuve avant les JO. Après avoir enchaîné huit courses sans podium l’année dernière entre janvier et mars, le Jurassien, triple vainqueur de la Coupe du monde, avait perdu « son » globe de cristal. Cette année, le porte-drapeau de la délégation française ne va pas forcément mieux.

Avec trois podiums depuis le début de la saison, dont deux victoires, le bilan à la même période est bien loin de celui de ses années glorieuses. A titre de comparaison, il arrivait aux JO de Vancouver, il y a quatre ans, avec neuf podiums au compteur, dont cinq victoires. Alors faut-il s’inquiéter à 12 jours des Jeux Olympiques ? L’intéressé reste plutôt serein. « La courbe est montante. Il n’y a pas d’inquiétude, assure-t-il. C’était plus difficile début janvier au niveau du saut et j’avais du mal à trouver mes repères. Mais c’est plutôt mieux. J’ai réussi à trouver des bons sauts de base. Ce week-end, il n’y avait qu’un seul saut qui était moins bon et c’était aujourd’hui. »

Lamy Chappuis : « On a hâte d

Nul doute que Jason Lamy Chappuis oubliera vite sa 16e place de cette dernière course avant les Jeux, remportée par l’inévitable Eric Frenzel. Le champion olympique de Vancouver préfèrera retenir et s’appuyer sur la deuxième place décrochée avec ses coéquipiers, samedi sur l’épreuve par équipes. Et surtout son saut à 138 mètres, le troisième du concours. « C’est un week-end un peu mitigé, mais le point positif est que tous mes sauts étaient bien meilleurs, à part celui de l’individuel aujourd’hui (dimanche), explique le Français. J’ai réussi à retrouver le petit truc qu’il me manquait ces derniers temps. C’était quand même mieux et j’ai repris confiance. Mais aujourd’hui, j’ai eu un saut un peu moins bon et des mauvaises conditions aérologiques.» Si le rendement de Jason Lamy Chappuis sur le tremplin n’est plus vraiment celui qu’il avait autrefois, il peut toujours s’appuyer sur sa puissance en ski de fond. Et sur les skis, on le sait, « Jez » est redoutable.

Mais pour espérer défendre son titre olympique, qu’il avait d’ailleurs acquis au terme d’une remontée inoubliable sur les skis, le Français devra compter moins de retard après le saut (deux minutes ce dimanche). Le fameux équilibre à trouver en combiné nordique. Un juste milieu que le leader de l’équipe de France olympique compte bien peaufiner sur les dix derniers jours de préparation avant le grand départ. « On a une semaine d’entraînement à la maison, où on va faire du volume et s’entraîner en ski de fond, raconte le triple vainqueur du globe de cristal. Puis on ira trois jours à Courchevel pour travailler la technique sur le tremplin, avant de s’envoler pour Sotchi. On est content car on voit que le travail paye. On a hâte d’arriver aux Jeux pour découvrir le village olympique et les tremplins. » Ainsi que le Stade Olympique Fisht, où Jason Lamy Chappuis portera le drapeau tricolore dans 12 jours lors de la cérémonie d’ouverture.

Alexandre Mispelon