RMC Sport

Jeux Paralympiques : tout ce qu’il faut savoir

Georges Bettaga

Georges Bettaga - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

La 11e édition des Jeux Paralympiques débute ce vendredi à Sotchi, sur le même site que les derniers Jeux Olympiques. Descente assis, biathlon pour déficient visuel, hockey sur luge, RMC Sport vous livre le mode d’emploi de ce grand rendez-vous handisport.

Sotchi n’aura pas retrouvé son calme bien longtemps. Douze jours après la clôture des Jeux Olympiques, la station balnéaire russe va accueillir les Jeux-Paralympiques, qui débutent ce vendredi au bord de la mer Noire. Cette onzième édition se déroulera sur les mêmes sites que les JO, où près de 1650 athlètes (venus de 45 pays) s’affronteront lors des cinq disciplines au programme : ski alpin, ski de fond, biathlon, hockey sur luge et curling en fauteuil. Soixante-douze médailles d’or sont à glaner. RMC Sport vous livre le mode d’emploi pour tout comprendre de ce grand rendez-vous handisport.

Ski alpin

Comme pour les valides, cinq épreuves de ski alpin sont au programme des Jeux Paralympiques : descente, Super G, Super-combiné, slalom et slalom géant. Chaque course regroupe des athlètes qui s’élancent assis, debout et des déficients visuels. Leur temps de passage est pondéré en fonction de l’importance de leur handicap. Des médailles sont attribuées pour chaque catégorie. Par exemple, pour la descente, il y a trois champions olympiques (assis, debout et déficient visuel).

A savoir : les skieurs assis descendent la piste sur un « uniski ». Ce dernier se compose d’une coque et d’un châssis entouré d’amortisseurs montés sur un ski unique. Ils se maintiennent en équilibre grâce des bâtons courts montés sur des mini-skis appelés « stabilos ».

Ski nordique

Le principe est le même que pour le ski alpin. Pour chaque épreuve de ski de fond et de biathlon, les athlètes concourent par catégorie (assis, debout, déficient visuel). Dans le cadre du biathlon pour les déficients visuels, les participants sont emmenés par un guide. Au moment du tir, ils visent grâce à un système sonore. L’athlète handisport est équipé d’un casque et d’un fusil laser qui émet un son de plus en plus fort au fur et à mesure que son viseur s’approche de la cible.

A savoir : en ski nordique, la luge est utilisée pour les athlètes assis en biathlon ou en ski de fond. Elle se compose d’une coque rigide, montée sur deux skis parallèles. Les athlètes avancent à la force des bras et avec l’aide de bâtons courts.

Les équipes françaises ne sont pas qualifiées en hockey sur luge et en curling en fauteuil. Le hockey sur luge ressemble au hockey sur glace classique, sauf que les joueurs sont assis sur des luges équipées de lames. Ils sont munis d'une crosse qui leur permet de se mouvoir et une autre de lancer le palet. Pour le curling, deux équipes de quatre joueurs s’affrontent en fauteuil roulant sur la glace. Le but du jeu est le même que le curling classique, sauf que le « balayage » n'est pas autorisé. Beaucoup moins drôle…

Camille Gelpi et à Sotchi