RMC Sport

Lamy-Chappuis, un porte-drapeau en or massif

Jason Lamy-Chappuis

Jason Lamy-Chappuis - -

Le roi du combiné nordique, Jason Lamy-Chappuis, a été élu porte-drapeau de la délégation française pour les JO de Sotchi 2014 (7 au 23 février). Un choix logique qui couronne un colossal palmarès. A seulement 27 ans. Portrait.

Si l’on considère le fait d’être propulsé porte-drapeau olympique comme une performance à part entière, alors Jason Lamy-Chappuis vient d’ajouter une nouvelle ligne à son immense palmarès. Déjà champion olympique et du monde de presque tout, le roi du combiné nordique vient de « bétonner » un peu plus encore son CV avec cette désignation aussi prestigieuse que symbolique, qui vaut largement un titre honorifique. Un honneur qui lui échoit presque naturellement au regard de ses états de service, malgré la concurrence d’Ophélie David, Martin Fourcade, Brian Joubert ou encore Jean-Baptiste Grange, qui étaient également tous pressentis pour lever haut les couleurs tricolores à compter du 7 février prochain aux Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi.

A seulement 27 ans, « Flying Jezz » n’a pas perdu son temps. Comme en témoigne, donc, son pedigree épais comme un bon vieux Bottin de France Télécom. Pour faire court, le phénomène Lamy-Chappuis, c’est un titre olympique en individuel (2010), quatre titres mondiaux (2 en individuel, 2 par équipes), trois Coupes du monde (2010, 2011, 2012), vingt-trois succès en manches de Coupe du monde et une kyrielle de podiums divers et variés. Ajoutez à cela une humilité qui n’a d’égal que son talent, et vous obtiendrez le portrait-robot du parfait porte-drapeau.

De Missoula à Bois d'Amont

Fils unique d’un père français et d’une mère américaine, Jason Lamy-Chappuis est né outre-Atlantique le 9 septembre 1986 du côté de Missoula (Montana), avant de déménager à l’âge de 4 ans pour la France. Et poser durablement ses valises dans le Jura, à Bois- d’Amont (39). Junior bourré de talent, « JLM » va très rapidement s’imposer comme le digne héritier de Fabrice Guy, champion olympique du combiné nordique en 1992 à Albertville. Avant de définitivement supplanter son modèle.

Si le choix du porte-drapeau s’est porté sur Lamy-Chappuis, c’est donc non seulement en raison de son palmarès, de sa trajectoire et de sa personnalité, mais c’est certainement aussi en partie dû à cette incertitude, qui plane autour de l’avenir du combinard. A l’issue des derniers Mondiaux, ce passionné d’aviation n’avait en effet pas caché son désir de prendre ses distances avec son sport après les JO de Sotchi, histoire d’entamer une seconde carrière en ski de fond. Avec Lamy-Chappuis, c'est toujours plus vite, toujours plus haut, toujours plus fort.

A lire aussi :

>> Lamy-Chappuis : « On ne vit ça qu’une fois dans sa vie »

>> Lamy-Chappuis fait l’unanimité

>> EN IMAGES : les dix derniers porte-drapeaux français