RMC Sport

Lizeroux passe au scanner ses adversaires

Julien Lizeroux n'a que trois points de retard sur Reinfried Herbst au classement de la Coupe du monde de slalom.

Julien Lizeroux n'a que trois points de retard sur Reinfried Herbst au classement de la Coupe du monde de slalom. - -

Demain, c’est le dernier slalom avant les Jeux olympiques. Sur la piste slovène de Kranjska Gora, Julien Lizeroux essayera de reprendre le dossard rouge de leader de la Coupe du monde de slalom. Avant la course, il dresse le portrait de ses rivaux dans la quête du petit globe de cristal.

Benjamin Raich (Autriche), leader du classement général de la Coupe du monde : « Si on devait lui donner un surnom, je pense que ça serait ‘le métronome’. Son palmarès parle pour lui, mais pas grand monde n’en parle. 90 podiums en Coupe du monde, dont 35 victoires… C’est sa quinzième saison et il ne s’est jamais blessé. Benjamin est toujours présent en géant et en slalom, il joue un Globe chaque année. C’est assez exceptionnel. C’est quelqu’un d’assez réservé à la base et je m’entends bien avec lui. Je suis admiratif de sa technique, de son implication, de son sérieux. Ce n’est pas par hasard s’il en est là aujourd’hui. »

Reinfried Herbst (Autriche), leader de la Coupe du monde de slalom : « C’est le meilleur slalomeur cet hiver. On a l’impression qu’il n’appuie jamais, qu’il est sur des œufs. Reinfried est hyperrapide et c’est vrai qu’il est intouchable dans des conditions difficiles, comme à Schladming. En revanche, il est un peu moins régulier lorsque la piste marque un petit peu. Il fait quelques fautes car il est tellement calme que, du coup, il manque de réactivité. C’est une belle baston que l’on se livre. C’est quelqu’un que j’apprécie, qui a toujours un mot gentil. Il a lui aussi un passif difficile : je crois qu’il a été opéré à cinq reprises des genoux !

Ivica Kostelic (Croatie) : « Il a gagné la Coupe du monde il y a huit ans maintenant. Ivica s’est fait opérer du genou et a signé un retour assez exceptionnel. Son retour en vitesse est assez hallucinant. Il gagne le slalom de Wengen, puis pour la première fois de sa carrière le combiné de Kitzbühel. C’est un skieur passe-partout ! Il est un peu moins à l’aise lorsque les conditions sont extrêmes. Mais lorsque les conditions sont un peu plus printanières, il est redoutable. Je crois qu’il n’a jamais perdu un slalom après s’être imposé lors de la première manche…

Silvan Zurbriggen (Suisse) : « Je suis assez surpris de son niveau en slalom cette saison. D’habitude il arrive à faire des coups d’éclat, mais il n’est pas très régulier. Là, il nous a prouvé qu’il était solide depuis le début de saison avec une course à Schladming assez remarquable (2e). Il est souvent performant sur des neiges difficiles. C’est un client potentiel pour le Globe, même s’il est un peu loin. Il est polyvalent car il court dans toutes les disciplines. Il donne beaucoup d’énergie, mais il est toujours présent.

Giuliano Razzoli (Italie) : « C’est un skieur un peu ‘lourd’, il est corpulent mais il a le plus beau toucher de neige du circuit. Dès que c’est vallonné, comme à Zagreb, il se montre hyper-performant. Il manque un peu de régularité et de constance et lorsqu’il y a des changements de rythme il a un peu plus de mal. C’est un skieur très sympa. J’adore ce qu’il fait sur les skis. J’essaie de m’en inspirer. C’est un super slalomeur. »

La rédaction