RMC Sport

Mondiaux : le plein de médailles pour le skicross

Bastien Midol, Ophélie David et Jean-Frédéric Chapuis

Bastien Midol, Ophélie David et Jean-Frédéric Chapuis - -

Le skicross français a bouclé les Mondiaux de freestyle en beauté ce dimanche à Voss-Oslo (Norvège). Jean-Frédéric Chapuis et Bastien Midol ont empoché l’or et l’argent, réalisant ainsi un doublé historique, alors qu’Ophélie David a pris le bronze.

Une fin en apothéose ! L’équipe de France de ski et de snowboard a vu s’ajouter trois nouvelles médailles à sa collection de l’hiver, désormais garnie de 19 breloques mondiales, ce dimanche aux Mondiaux de freestyle à Voss-Oslo (Norvège). En bonne leader du skicross français, Ophélie David a montré la voie en allant chercher le bronze sur une course remportée par la Suissesse Fanny Smith. Repêchée en demi-finale après sa chute due à un accrochage devant elle, la rideuse de l’Alpe d’Huez s’offre ainsi la troisième médaille de sa carrière dans un championnat du monde (bronze en 2005 et or en 2007).

Bien inspirés par la performance de la septuple vainqueur de la Coupe du monde, Jean-Frédéric Chapuis et Bastien Midol ont fait mieux, quelques minutes plus tard, en réalisant un doublé historique. Jamais dans l’histoire du skicross tricolore, un rideur n’était parvenu à faire mieux que la 3e place dans un championnat du monde (Enak Gavaggio en 2007, à Madonna di Campiglio). Aujourd’hui, les deux compères offrent à la délégation française les deux plus beaux métaux.

Chapuis : « La plus belle course de ma carrière »

« C’est la plus belle course de ma carrière, même si j’espère qu’il y en aura encore des plus belles, se réjouit le nouveau champion du monde, Jean-Frédéric Chapuis. Ça faisait un moment que je tournais autour et que j’avais tout pour faire. Je n’avais jamais réussi à concrétiser. Là, je me sentais prêt. C’était un de mes objectifs. Ce matin, je me suis levé et j’étais vraiment décidé à aller la gagner cette course. » A 24 ans, le skieur de Val Thorens décroche ainsi le tout premier titre mondial de sa carrière. Une belle revanche pour celui qui avait débuté en ski alpin, avant de ne pas être retenu en équipe de France.

« Je n’étais pas mauvais en ski alpin, mais il m’a toujours manqué quelque chose pour intégrer l’équipe de France, raconte-t-il. Ma dernière année en alpin (en 2010, ndlr), j’ai décidé de la faire en Suisse car j’ai la double nationalité grâce à ma mère. Mais il me manquait toujours ce petit truc. Du coup, je suis rentré en France et Michel Lucatelli (chef de l’équipe de France de skicross, ndlr) m’a demandé si je voulais faire du skicross. Il m’a permis de m’entraîner avec les meilleurs de la discipline. L’année dernière, je fais mon premier podium en Coupe du monde et cette année… je suis champion du monde ! » Et pourquoi pas champion olympique dans un an à Sotchi ?