RMC Sport

Are : Marmottan, la juste récompense

Anémone Marmottan

Anémone Marmottan - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Anémone Marmottan a décroché le premier podium de sa carrière, ce jeudi, en prenant la deuxième place du géant de Are (Suède), remporté par Anna Fenninger. Habituée au Top 10, la Française franchit ainsi le dernier cap qui la séparait des meilleures.

Anémone Marmottan va enfin pouvoir goûter aux joies d’un podium. Habituée aux places d’honneur depuis le début de sa carrière, la skieuse de Val d’Isère tient très certainement la performance référence de sa carrière. Dans le coup après la première manche (8e), « Momone » a sorti un gros deuxième run pour aller chercher la deuxième place du géant de Are (Suède), remporté par la vice-championne olympique de la discipline, l’Autrichienne Anna Fenninger. Après avoir décroché douze Top 10 en Coupe du monde, dont quatre places parmi les cinq premières, la Française peut maintenant se vanter d’avoir franchi ce cap qui la séparait de la boîte.

« C’est impressionnant, j’ai du mal à réaliser. Voilà, le dernier échelon est passé et ça fait vraiment plaisir, se réjouit-elle. Ça apaise (rires). Ça fait maintenant quatre ans que je suis sur le circuit Coupe du monde. Il y a eu des blessures et des moments vraiment moins drôles. Il y a donc toujours des petites périodes de doute, où on se demande si on va vraiment y arriver. Et là, j’ai été chercher ce dernier petit cap et je suis vraiment fière de moi. » Huitième des Jeux Olympiques à Sotchi, Marmottan confirme avec ce podium toutes les espérances placées en elle. Propulsée au rang de leader après la grave blessure de Tessa Worley, victime d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit en décembre dernier, la skieuse de 25 ans est récompensée pour sa belle régularité sur le circuit cette saison, avec notamment cinq places dans le Top 15.

« Contente d'assumer mon statut de leader »

« Ça n’a pas été simple cette saison avec la blessure de Tessa (Worley), raconte la native de Bourg-Saint-Maurice. Je suis contente de pouvoir assumer ce statut de n°1 par mes résultats et non par l’absence de Tessa. C’est très important car ce rang m’est un peu tombé dessus, même si ça ne veut pas vraiment dire grand-chose. Je n’avais rien fait d’exceptionnel, mais avec l’absence de Tessa, tout le monde s’est retourné vers moi. (…) Sur les Jeux, il y a eu une petite pointe de déception. Mais ça m’a bien servi car j’ai pu faire le point après Sotchi sur ce qu’il me manquait vraiment. Et finalement, j’ai fait un bon boulot sur moi-même et ça a payé. » Pas de repos pour Anémone Marmottan, qui sera de nouveau en piste vendredi sur le deuxième géant prévu lors de cette étape suédoise. L’occasion pour elle de franchir maintenant la dernière marche qui la sépare de la victoire.

A lire aussi :

>> Kvitfjell : Clarey, un podium au courage

>> Les tops et les flops français aux JO de Sotchi

>> Komissarova, le drame des JO

Alexandre Mispelon