RMC Sport

Barthet, skieuse à domicile

Anne-Sophie Barthet

Anne-Sophie Barthet - -

Elevée au « biberon du ski » sur les pentes des Pyrénées, Anne-Sophie Barthet dispute pour la première fois, ce week-end à Soldeu (Andorre), une épreuve de Coupe du monde sur ses terres natales. Un rendez-vous qu’elle attend avec impatience.

Habitué aux décors des Alpes, le petit monde du ski alpin a changé d’air ce week-end. Pour la troisième fois de son histoire, la Coupe du monde se déplace dans les Pyrénées. Après la Mongie en 1985 et la Molina en 2008, le grand cirque blanc s'est cette fois-ci installé à Soldeu, dans la principauté d'Andorre, pour une épreuve dames (slalom et géant). Un véritable évènement pour la skieuse française Anne-Sophie Barthet. Car les Pyrénées, elle connait ! Il y a 23 ans, elle a vu le jour à Toulouse et a découvert le ski à l'âge de 2 ans à Peyragudes, au beau milieu des montagnes qui délimitent la frontière entre la France et l’Espagne.

« C’est complétement la course à la maison, s’enthousiasme-t-elle dans un large sourire. J’estime qu’à moins de 3 heures de route, c’est chez moi ! J’avais loupé la Molina il y a quelques années. On me donne l’occasion d’avoir une seconde chance, donc cette fois-ci, je ne vais pas me rater. » Pour la première fois de sa carrière, la skieuse un peu fantasque -elle porte toujours des tenues fluos et fait quelques pas de danse après chaque arrivée- va donc enfin pouvoir dévaler une pente de la Coupe du monde « à domicile ». Car pour vivre pleinement sa passion, la Toulousaine a dû s'exiler en 2002 dans les Alpes où elle est aujourd'hui licenciée dans le club de Courchevel. Et pour s’imposer au pays des « Alpins », Anne-Sophie Barthet a dû s’adapter.

« Je me suis plantée comme tous les touristes »

« Le ski dans les Pyrénées, c’est des pentes variées, plus vallonnées que dans les Alpes, explique-t-elle. L’ambiance est plus familiale et franchouillarde. On aime bien le ski et on aime bien la vie. Je ne viens pas forcément sur les pistes que pour le ski. » Quinzième du slalom ce samedi, malgré une douleur aux côtes, la skieuse maison partira également dans l’inconnue, ce dimanche, à l’occasion du géant. « Soldeu est une des rares stations que je n’avais pas faite. Donc j’ai regardé le plan des pistes, comme tous les touristes, et je me suis plantée, comme tous les touristes », lance-t-elle hilare. Gageons qu’elle sera plus concentrée ce dimanche dans le portillon de départ.