RMC Sport

Cuche fait des adieux… de légende

Didier Cuche

Didier Cuche - -

Le Suisse est entré dans l’histoire de la mythique piste de Kitzbühel, en Autriche. Pour la cinquième fois de sa carrière, il s’est imposé sur la Streif (en 1'13"28), après avoir annoncé sa retraite jeudi. Comme si c’était écrit !

Didier Cuche qui lève les bras sur la ligne d’arrivée, une image entrée dans la légende de Kitzbühel. Après 1998, 2008, 2010 et 2011, le Suisse ajoute une nouvelle fois la Streif à son monumental palmarès. Dans des conditions extrêmes et sur une descente raccourcie, le champion du monde de Val d’Isère est entré dans l’histoire de la mythique course en devenant le recordman de victoires de la piste devant plus de 40 000 spectateurs. A 37 ans, il efface les stars locales, Karl Schranz et Franz Klammer, bloqués à quatre succès. 

Clarey : « Il va manquer l’année prochaine »

La belle histoire retiendra que le quadruple vainqueur du globe de la discipline a annoncé sa retraite dans son jardin. Comme un symbole, l’Helvète a confirmé jeudi qu’il rangeait les skis à la fin de la saison. Un clap de fin gratifié par une cinquième couronne « chez lui », sa troisième consécutive. Ironie du sort, ses adieux légendaires interviennent après la désillusion subie le week-end dernier à Wengen. Devant son public, le Suisse espérait un premier sacre à domicile sur la Lauberhorn ; il ne terminera que quinzième. 

Pas de doute, le skieur de Neuchâtel est bien « Monsieur Kitz ». « Bravo patron, rien d’autre à ajouter. Il va manquer au circuit l’année prochaine. Il finit en beauté et doit être aux anges », salue le Français Johan Clarey, cinquième ce samedi. « Il a toujours gardé la passion pour son sport. Quand on le voit skier on sent qu’il prend énormément de plaisir ». Même son de cloche pour Adrien Théaux qui rend hommage au personnage. « C’est un super mec. Il a beau être un grand champion, ce n’est pas pour ça qu’il se croit au-dessus des autres. Il est vraiment abordable ». Sauf sur les skis… 

Alexandre Mispelon