RMC Sport

Dénériaz : « Tous les sports ne sont pas vraiment égaux »

Antoine Dénériaz

Antoine Dénériaz - -

LES DESTINS EN OR DU SKI FRANÇAIS. Champion olympique de descente en 2006, Antoine Dénériaz reste marqué émotionnellement par cette médaille d’or. Et le Français regrette que tous les champions ne soient pas traités de la même manière.

Antoine Dénériaz, avez-vous encore des frissons en réentendant ou en revoyant votre descente en or à Turin en 2006 ?

Oui, bien sûr. A chaque fois, ça me redonne des frissons. Surtout qu’on entend Patrick Knaff (journaliste de France Télévisions, ndlr), qui nous a quittés quelques semaines plus tard. C’est toujours émouvant.

La France valorise-t-elle assez ses champions ?

Je pense que tous les sports ne sont pas vraiment égaux. Le football, le rugby, le tennis ou l’automobile mettent énormément en avant leurs champions. D’autres sports sont plus confidentiels. En ski alpin, on est un peu dans le ventre-mou. On a toujours tendance à se plaindre, on a toujours envie d’être plus valorisé. Mais on n’est pas si mal loti par rapport à l’escrime, au judo… Il faut faire avec.

Avez-vous été soutenu après votre titre olympique, notamment sur le plan financier ?

Dans les jours et les semaines qui ont suivi les Jeux Olympiques, ça a été énorme. C’est vrai que ça a été extraordinaire. Ensuite, ça retombe assez vite. J’ai eu la prime du ministère (des Sports). Mais je n’ai eu aucune prime de la Fédération pour la médaille. Tout simplement parce que ça ne se fait pas. J’ai eu le soutien de mes sponsors. La chance que j’ai eue, c’est qu’à l’arrêt de ma carrière (en décembre 2007), mes partenaires principaux me suivent et me comprennent. Ils m’ont vraiment aidé dans mon début de retraite sportive pendant deux, trois ans.

Quel message aimeriez-vous faire passer au ministère, aux Fédérations, à propos de l'accompagnement des champions français ?

Quels que soient les sports, les champions sont tous de très grands champions. Quand on est jeune, on choisit un sport par passion, par lieu géographique. On ne choisit pas par rapport au potentiel économique. Ce qui est important, c’est de traiter tous les champions de la même manière. Il y a des fois trop de différences entre certains sports et le traitement de certains champions.

Dans le cadre de sa nouvelle collection intitulée « Les grands moments du sport », RMC Découverte vous propose de découvrir mardi 21 janvier à 20h45 un document exceptionnel de 70 minutes consacré aux « Destins en or du ski français », coproduit par RMC découverte et RMC Sport.

A lire aussi :

>> EN PISTE POUR SOTCHI : la journée des Bleus en direct

>> Is. Blanc : « C’était très fort »

>> Defrasne : « C’était la course parfaite »

La rédaction