RMC Sport

Des airbags pour sauver les skieurs ?

-

- - -

Les accidents se succèdent en descente et la Fédération internationale de ski commence à peine à réagir. Elle parle d’installer des airbags… en 2013 seulement.

Daniel Albrecht à Kitzbühel en 2009, Pierre-Emmanuel Dalcin à Beaver Creek en 2009, Hans Grugger jeudi dernier à Kitzbühel encore. Le club des descendeurs envoyés sur un lit d’hôpital a enregistré un nouveau membre à Chamonix. Mario Scheiber a est parti à la faute lors du premier entraînement de la descente sur la Verte des Houches ce jeudi. L’Autrichien souffre de fractures à la clavicule droite et au nez. Une avalanche de blessés qui sonne l’alarme dans les instances : « On ne peut rien faire pour éviter des chutes comme celles de Scheiber ou Grugger. Depuis quinze ans on essaie de trouver des solutions pour améliorer la sécurité », se défend Günther Hujara, le directeur des compétitions masculines à la FIS. « On a discuté de la sécurité avec des pilotes de F1 à Kitzbühel et ils sont super étonnés de nous voir courir sans rien, juste avec nos skis, nos chaussures, une combinaison et un casque qui n'a rien à voir avec ceux de moto ou de voiture, explique Adrien Théaux. L'un des pilotes nous a même dit : "Mais vous descendez en slip !" Ce n'est pas loin d'être vrai… »

C’est Ivica Kostelic qui a soufflé le vent de la révolte, vendredi à Kitzbühel, après l’accident de Grugger dans le saut de la Mausefalle : « Je me souviens qu'en Formule 1, en 1994 après l'accident fatal à Ayrton Senna, la FIA a pris conscience qu'elle devait réagir. Les organisateurs de la F1 ont changé les règlements pour la sécurité des pilotes. Visiblement, ce n'est pas un sujet en ski. Or, c'est inconcevable, dans mon esprit, que rien ne se passe.»

Pas avant 2013

La Fédération internationale de ski (FIS) a commencé à réagir en signant un accord avec la firme italienne Dainese, qui fabrique notamment des protections pour les motards, pour qu’elle crée des airbags fixés directement sur les skieurs. « Les airbags, je pense que c'est une bonne chose, il faut continuer de développer ça. J'espère que ça sortira mais ce n'est pas quelque chose d'aisé à réaliser », selon Didier Cuche. Il s’agit en effet d’un système « intelligent » sur le même modèle des airbags de voitures : « Cela fait plus de cinq ans que les gens de Dainese travaillent pour trouver le bon algorithme et définir très précisément à quel moment de la chute doit se déclencher l'airbag », poursuit Hujara. Le nombre de blessés a le temps de gonfler car la FIS n’espère accuser réception de ce système qu’en 2013. « On ne pourra jamais éviter les accidents et les chocs, regrette David Poisson. En revanche, on doit encore pouvoir développer des choses pour conserver l'essence de la descente, à savoir la vitesse. »