RMC Sport

Grange : « Je ne me sens pas totalement libre »

7e à Flachau, JB Grange espère décrocher son premier podium de la saison jeudi à Zagreb

7e à Flachau, JB Grange espère décrocher son premier podium de la saison jeudi à Zagreb - -

Opéré de l'épaule gauche en mars dernier, le skieur de Valloire veut poursuivre sa reconstruction jeudi en Croatie, après avoir entrevu le bout du tunnel fin décembre à Flachau (7e). Avec le dossard 5 sur le dos, Jean-Baptiste Grange espère se rapprocher encore un peu plus du podium à l’occasion du slalom de Zagreb (14h30 et 17h30), où il s'était imposé en 2009.

Jean-Baptiste, comment voyez-vous ce mois de janvier, qui s’annonce très chargé (Adelboden, Wengen, Kitzbühel, Schladming) ?

Ça va être agréable de l’attaquer car on sait qu’on va courir régulièrement. C’est aussi bien pour rectifier les petits détails d’une course à l’autre. On enchaine, et les skieurs se bonifient à cette période de l’année. Le niveau est généralement très relevé.

Où en êtes-vous personnellement après votre premier top 10 signé en Autriche fin décembre ?

En ce moment je suis plutôt bien, je suis content de mes courses. Maintenant, il va me falloir faire encore un peu mieux, ça veut dire continuer à aller chercher devant, et faire deux grosses manches pour pouvoir chercher un podium.

Avez-vous retrouvé toutes vos capacités ?

Il y a eu énormément de travail pour arriver à quelque chose de correct. Après, mon dos ne me permet pas de faire tout ce que je veux. Notamment sur les pressions vers le bas qui interviennent dans les virages où je ressens quelques douleurs. A l’entrainement, je suis obligé de limiter le nombre de descentes mais en course, l’adrénaline me fait oublier tout ça. Je ne me sens pas totalement libre dans mes mouvements.

Etes-vous néanmoins confiant pour la suite de la saison ?

Ça a été très dur cet été, et encore cet automne, donc il faut le prendre en compte. J’essaye d’être le plus patient possible, car il y a un tel niveau en slalom qu’il faut être à 100% pour aller jouer devant. Je continue à grappiller des places.

Zagreb, ça vous rappelle de bons souvenirs…

C’est sûr, j’ai gagné ici en janvier 2009, avec Ivica Kostelic qui finit deuxième. C’était un moment fort. Zagreb, c’est une très belle course, avec une grosse ambiance, même si la plupart des supporters sont derrière Kostelic. Mais le fait d’avoir déjà gagné me donne de la confiance supplémentaire, c’est certain.

Propos recueillis par Georges Quirino