RMC Sport

Grange : «Les moments difficiles, je les ai déjà vécus»

Jean-Baptiste Grange

Jean-Baptiste Grange - -

Sale début de saison pour le Français, désespérément absent des podiums. Le skieur de Valloire a de nouveau enfourché ce dimanche sur la première manche du slalom de Kitzbühel (Autriche), finalement remporté par l’Italien Christian Deville. Mais il ne se décourage pas pour autant.

Jean-Baptiste, vous devez être extrêmement frustré après avoir de nouveau enfourché…

C’est mitigé. J’ai enfourché dès le début de la course mais le ski était en place. C’était bien parti. Il y a évidemment de la frustration quand tu es sur ton canapé pour regarder la deuxième manche. Mais je dois continuer à mettre en place mon ski comme je le fais. Il y aura forcément un moment où les résultats tomberont dans le bon sens. 

N’avez-vous pas peur de cogiter après cette nouvelle sortie de piste ?

Il faut cinq minutes pour cogiter, on n’a pas besoin de dix jours. Je retiens ce que j’ai mis en place. La manière dont j’ai skié sur ces premières portes était bonne. Le ski est un sport de sensations. Il faut donc prendre ce qu’il y a de bon, de positif, et faire avec. 

Êtes-vous confiant malgré tout pour les échéances à venir ?

Le ski est un sport cruel. Ça ne marche pas toujours comme tu le souhaiterais, même si tu essayes de t’accrocher. Je garde tout de même du positif. Je suis parti fort et je gagne largement le premier intermédiaire par rapport à mes adversaires. Mon ski est de plus en plus délié et de plus en plus en place. Il manque un peu de réussite mais je connais le chemin pour réussir. Ça prendra le temps qu’il faudra. 

Est-ce le moment le plus difficile de votre carrière ?

Non. Les moments difficiles, je les ai déjà vécus. Je m’en suis relevé. J’ai montré mentalement que j’étais capable de tenir sur des grosses pressions. Cette année est un peu particulière, avec un retour de blessure, des problèmes de dos. Je suis arrivé vraiment court sur le début de la saison. Je reste calme par rapport à ça. Dès que mon physique sera revenu, j’aurai le niveau pour être là. 

Le titre de l'encadré ici

Les regrets de Missillier |||

Kitzbühel est une piste qui réussissait habituellement aux Français. Parfois rebaptisée « Kitzbleu », la Streif a joué un bien mauvais tour aux Tricolores ce dimanche sur le slalom. Outres les sorties de piste de Jean-Baptiste Grange et Alexis Pinturault, Steve Missillier a décroché la pire position pour un sportif, la fameuse quatrième place, plus connue sous le nom de « médaille en chocolat » ou de « place du c… ». Entre satisfaction et déception, le skieur du Grand-Bornand, qui rate la 3e place pour 17 centièmes, ne sait pas sur quel pied danser. « Je suis déçu de terminer sur la plus mauvaise place. C’est rageant car cela ne passe pas loin. Mais je reste satisfait de mes deux belles manches. C'est ma meilleure course et une belle expérience pour la suite », assure le natif d’Annecy. La suite ? Le slalom de Schladming en Autriche, où il espère récidiver. « Cette quatrième place prouve que je suis capable de monter sur la boîte. On verra à Schladming, sur une piste que j’aime un peu moins. Je reste ambitieux. » 

Alexandre Mispelon avec E.J. à Kitzbühel