RMC Sport

Grange rêve de Schladming

Jean-Baptiste Grange

Jean-Baptiste Grange - -

La station autrichienne est réputée pour son ambiance indescriptible lors de son slalom en nocturne. Vainqueur à Kitzbühel dimanche, Jean-Baptiste Grange est prévenu. S’il souhaite devenir le premier Français à s’imposer en Styrie, il devra se montrer costaud, ce mardi.

A l’évocation de Schladming, ses yeux s’illuminent et son sourire s’élargit. Comme tous les slalomeurs qui y ont participé, Jean-Baptiste Grange est tombé amoureux de l’épreuve autrichienne. « J’ai envie de la gagner au moins une fois dans ma carrière », glisse le skieur de Valloire. Son enthousiasme est compréhensible. En treize ans d’existence, l’étape de Coupe du monde disputée en Styrie est devenue le rendez-vous le plus prisé du circuit.

Conclue en nocturne et diffusée en prime-time à la télévision, la course déchaîne les passions au pays du ski alpin. 50 000 spectateurs se massent au bord de la piste pour encourager les champions locaux. Armés de fumigènes, banderoles et autres drapeaux, les fans s’époumonent tout au long de la journée. Entre la première manche, en début d’après-midi et la deuxième, en soirée, les gradins ne désemplissent pas. Pieds dans la neige et verre de vin chaud à la main, les « ultras » autrichiens, très nationalistes, maintiennent une ambiance de feu. Dès qu’un membre de la Wunderteam s’élance, une clameur assourdissante s’élève à travers les montagnes. Impossible pour les journalistes de commenter la course au cœur de la mêlée.

Night race et chanteurs à succès

Devant un tel engouement, les skieurs autrichiens se sentent pousser des ailes. En quatorze éditions, ils ont inscrit neuf fois leurs noms au palmarès. Depuis 2007, ils sont même invaincus dans leur bastion. « Les Autrichiens nous laissent être bons à Kitzbühel et nous mettent souvent une correction deux jours après », reconnaît Grange, vainqueur à « Kitz » dimanche.

Quarante-huit heures après, le fair-play et les VIP de Kitzbühel vont laisser place à la ferveur populaire. La « night race », c’est l’événement sportif de l’année. Hommes politiques, acteurs, chanteurs, toutes les têtes d’affiche du pays migrent vers la célèbre station le temps d’un week-end. Futur théâtre des Mondiaux en 2013, Schladming est en passe d’agrandir et de moderniser ses infrastructures. Histoire de consolider son statut de place forte du cirque blanc.

Une place maudite pour les Français. Aucun d’entre eux ne s’est imposé à quelques encablures de Salzburg. Seuls Sébastien Amiez (3e en 1997), Pierrick Bourgeat (2e en 1999) et Jean-Pierre Vidal (2e 2002) ont réussi à accrocher un podium. Ce mardi, pour le dernier slalom de janvier, Jean-Baptiste Grange, lui-même 2e en 2008, espère grimper enfin sur la plus haute marche. Histoire de confirmer de la plus belle des manières son retour au premier plan.

Alexandre Jaquin avec Edward Jay