RMC Sport

Grange revient aux affaires

Jean-Baptiste Grange

Jean-Baptiste Grange - -

Le Savoyard a remporté ce dimanche le slalom de Kitzbühel devant Ivica Kostelic. Une semaine après sa troisième place à Wengen (Suisse), le skieur de Valloire est de retour au premier plan.

Certains sourires en disent long. Celui de Jean-Baptiste Grange vaut tous les discours du monde. Radieux au pied de la piste de Kitzbühel, le Français vient de s’offrir une victoire de prestige ce dimanche après-midi. Sa deuxième (après 2008) dans la mythique station autrichienne. Sa première en Coupe du monde depuis mi-novembre et l’ouverture de la saison à Levi (Finlande). « Kitzbühel, c’est le rendez-vous de l’hiver, savoure le slalomeur. On est au pays du ski. C’est un endroit particulier. Il y a énormément de monde autour de la piste. Donc oui, ça veut dire quelque chose de gagner ici. »

Après des semaines de galère, Grange est de retour au sommet. Terminé les douleurs à l’épaule, oublié la rupture des ligaments croisés du genou, le skieur de Valloire a retrouvé toutes ses sensations. Quatrième à l’issue de la première manche, il a signé le meilleur temps de la deuxième pour griller la politesse à tous ses concurrents. Une performance impressionnante. « Depuis le début de saison, j’ai vécu des moments difficiles donc ça me fait d’autant plus plaisir, glisse-t-il. C’est un gros cadeau. J’ai su saisir cette opportunité. Je suis en train de revenir en forme. Je m’étais bien préparé pour cette course. Lorsque j’ai vu le tableau d’affichage à l’arrivée, ça a été une grosse explosion de joie. »

« Ça se joue à très peu de choses »

Une explosion d’autant plus légitime que Grange a fait chuter Ivica Kostelic. Intenable depuis plusieurs semaines, le Croate termine 2e à 28 centièmes. Mais conserve son dossard rouge de leader de la discipline. Un statut sur lequel Grange peut encore lorgner. Après sa troisième place à Wengen (Suisse) la semaine passée, le Français s’est totalement relancé ce week-end. Même s’il reste assez prudent. « Le sport de haut niveau, ça se joue à très peu de choses, explique-t-il. Il suffit parfois d’un petit déclic pour retrouver la confiance, comme il suffit d’une petite faute pour la perdre à nouveau. Il faut savoir savourer les bons moments et se battre dans les mauvais. C’est ce qui rend les victoires encore plus merveilleuses. »

A quelques encablures des Mondiaux (du 9 au 20 février à Garmisch-Partenkirchen, en Allemagne), le retour en grâce du n°1 Français tombe à pic. « Ça reste un gros objectif, admet-il. Je vais me préparer au mieux pour ça. Mais c’est une course d’un jour. En ski, il peut se passer beaucoup de choses. Surtout en slalom. Donc il faut rester très calme par rapport à ça. Je dois d’abord enchainer. » A commencer par Schladming, la semaine prochaine. Un autre slalom de légende…

Alexandre Jaquin