RMC Sport

Kranjska Gora : Pinturault rate la cinquième

Alexis Pinturault

Alexis Pinturault - -

Alors qu’il comptait 1’’51 d’avance ce dimanche après la première manche du slalom de Kranjska Gora, Alexis Pinturault a enfourché dans la seconde, offrant ainsi la victoire au Croate Ivica Kostelic. Le Français qui était si proche de sa 5e victoire...

Alexis Pinturault était intouchable ce dimanche sur le slalom de Coupe du monde de Kranjska Gora (Slovénie)… Enfin presque. Après une première manche d’extraterrestre, le skieur de Courchevel aborde la deuxième manche avec une avance confortable de 1’’51. La victoire semble alors lui tendre les bras. Mais le Français voit s’envoler ses rêves de victoire en enfourchant à mi-course, après s’être fait piéger par un trou qui lui a fait perdre pied. Rageant ! Un coup du sort qui fait le bonheur d’Ivica Kostelic, qui décroche ainsi son premier succès en slalom (le 14e de sa carrière) depuis celui à Wengen, le 15 janvier 2012.

Sonné, Alexis Pinturault est resté de longues minutes sur le mur final, à côté du maudit piquet, pour essayer de comprendre comment cette victoire a pu lui échapper. « Je savais qu’il ne fallait pas que je me repose sur moi-même car à ce niveau-là, il peut très vite y avoir des retournements de situation, assure le skieur tricolore. J’ai suivi les consignes des coaches. Ça fait partie de l’apprentissage du métier. C’était la première fois que je gagnais la première manche, en étant l’un des favoris. Et en plus avec une très bonne avance. Mais malgré ça, ça n’a pas souri. C’est donc de l’expérience en plus. »

Amiez : « Chapeau à Pinturault ! »

Troisième la veille en géant, Pinturault a une nouvelle fois démontré l’envergure de son talent. Sébastien Amiez, membre de la Dream Team de RMC Sport, a d’ailleurs tenu à lui rendre hommage. « Une fois de plus, c’est frustrant ! Il a encore super bien skier cette deuxième manche, après avoir volé dans la première, assure-t-il. Ça nous prouve une fois de plus qu’Alexis est capable d’être performant dans toutes les disciplines. Si on lui avait dit au début de l’hiver qu’il allait gagner des courses et faire beaucoup de podiums, il aurait signé tout de suite. Il a fait une grosse année, même s’il a péché un peu aux championnats du monde. Mais il a su se relever et c’est le signe d’un grand champion. Chapeau à lui ! »

Avec six podiums cet hiver, dont trois victoires, Alexis Pinturault peut tirer un bilan bien positif de sa saison. Avant de pouvoir souffler un peu, il reste une dernière étape à son calendrier : les finales de Lenzerheide (Suisse). « Il reste encore deux belles épreuves, voire trois avec le super-G, explique le Français. Je veux bien terminer la saison pour bien commencer la prochaine. J’espère répondre présent l’année prochaine, de la même façon que cette fin de saison. Je pense que ça ira encore mieux puisque cette fois, j’aurais un entraînement qui sera complet. » Ça promet !

Alexandre Mispelon